Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interview de Henri Offroy, fondateur de Shootnews.com et Natuxo.com

29 septembre 2009Commentaires (4)

vendre-photos.jpg

Nouvelle interview dans la rubrique "Startup normande à la Une". J'ai rencontré Henri qui partage son expérience sur la création de ses sites internet, et notamment sur l'étape de la préparation.

 

Bonjour Henri ! Quel est ton parcours professionnel ?

arton372-f6024.jpgJe m'appelle Henri Offroy, j'ai 28 ans, et je suis un passionné du web depuis ses débuts. J'ai fait un premier cycle d'études plutôt orientée sur la finance, puis j'ai intégré un MBA en E-business avec une spécialisation en référencement.

C'est d'ailleurs mon principal métier depuis 2 ans.

En parallèle, j'avais envie de tester des concepts de site internet sur des thématiques très demandées comme les « people » ou l'environnement, d'ou l'idée de créer Shootnews .com et Natuxo.com.


Que proposent tes sites internet ?

Shootnews.com a pour but de mettre en relation les médias et les possesseurs de photos ou de vidéos sur des sujets d'actualité, sur des personnalités, ou des évènements sportifs, et qui souhaitent les vendre. C'est totalement gratuit pour les vendeurs, le site ne prélève aucun frais, aucune commission sur les ventes. Je n'interviens à aucun moment dans la négociation financière ou contractuelle entre les partis une fois la mise en relation effectuée.

Image 2.png

Dans le même esprit, Natuxo, est un site gratuit dédié au partage de photos et vidéos sur le thème de l'environnement. Mais là, il n'y a pas de logique de vente ou de mise en relation. Natuxo revendique un positionnement de "Média Nature". Le site communautaire a connu un développement rapide et compte aujourd'hui près de 50 000 photos et vidéos. Les deux sites ont été lancés en 2007.

 

Qui sont les clients de Shootnews ?

Plutôt des magazines de la presse people, mais le site est susceptible d'intéresser n'importe quel média traditionnel ou sur internet qui souhaiterai illustrer un sujet d'actualité.

Pour Natuxo, les visiteurs sont logiquement des amoureux de la nature, photographes ou vidéastes amateurs.

 

Peux tu nous donner quelques chiffre sur Shootnews ? Sais-tu, par exemple, quelle est la photo vendue la plus chère ?

Shootnews enregistre près de 100 000 visites par mois. Il y a aujourd'hui plus de 2000 contributeurs qui on posté plusieurs milliers de photos sur le site.

Concernant la meilleure vente, je n'ai pas d'info sur ce point, à part quand le vendeur me tient au courant de sa transaction avec le média qui l'a contacté. Ce que je peux te dire, c'est que certaines photos sont mises à prix à partir de 8 000 euros, comme une série de clichés du supposé père de l'enfant de Rachida Dati.

 

Quel est ton modèle économique puisque tu ne te rémunères pas sur les ventes ?

Les 2 sites n'ont aucune vocation commerciale pour l'instant mais il va y avoir du changement sur ce point dans un avenir proche.

Ma seule source de revenu actuelle est l'affichage de publicité. Il y a une bonne marge de progression à exploiter, mais je n'ai pas encore eu le temps de m'y atteler.

A l'avenir, toutes les sources de revenu potentielles sont envisagées : commission sur les ventes, publicité ciblée, affiliation, ...

 

Comment as tu travaillé pour créer tes sites ?

J'ai quasiment tout crée moi même pour une raison budgétaire.

J'ai imaginé les rubriques, les contenus et leur organisation sur papier pour bien définir le périmètre de mon projet.

Pour le graphisme, j'ai d'abord étudié ce que faisaient les sites du même univers que le mien pour m'inspirer de la tendance, des codes graphiques. Ce travail permet d'avoir des bons repères sur la direction artistique à prendre.

Au final, le produit fini était conforme à ce que j'avais en tête, et il m'a fallu 6 mois entre le moment où j'ai eu l'idée et le lancement officiel de Shootnews.

J'ai juste fait appel à un freelance pour des petits développements spécifiques, et à un avocat pour rédiger les conditions générales d'utilisation. Quand on évolue dans un domaine qui peut toucher à la vie privée des gens, et plus particulièrement des personnalités, il vaut mieux prendre des précautions sur ce point.

 

Et pour Natuxo ?

J'ai travaillé de la même manière, en allant plus vite car j'avais l'expérience de Shootnews.  L'expérience en matière de conception de site internet permet un gain de temps important.

 

Quelles difficultés as-tu rencontré pour réaliser tes sites ?

Je n'ai pas réellement eu de problèmes au niveau de la réalisation. Par contre, j'ai eu un gros coup dur sur Shootnews. Au début, le site s'appelait 01scoop, et un jour, le groupe de presse Hachette Filipachi s'en est mêlé car il ne voulait pas que j'utilise ce nom par rapport à certains titres de son portefeuille (01net et Scoop). Malgré des recherches d'antériorité sur cette marque à l'INPI qui me garantissait d'être dans mon droit, j'ai préféré changer le nom en Shootnews. Il m'a fallu revoir tout le juridique, l'administratif, et modifier le site en conséquence. C'était impossible à anticiper.

Citizenside qui s'appelait avant Scooplive a eu le même problème avec Hachette Filipachi.


Qu'as tu mis en place au niveau marketing internet pour faire connaître Shootnews ? Quels sont les résultats ?

Je me suis occupé du référencement naturel bien sûr car c'est mon premier métier, avec des bons résultats dans Google. Pour Shootnews par exemple, sur la requête "vendre photos people", je suis 2ème sur 3 500 000 résultats, sur la requête "vendre scoop photo", je suis 1er sur 491 000 résultats.

J'ai envoyé des communiqués de presse ce qui m'a valu de beaux articles, et une belle notoriété rapidement. J'ai contacté des bloggeurs influents (NDLR : blogueurs influents = bloggeurs ayant une forte audience et/ou un lectorat fidèle leur permettant d'être reconnu dans leur domaine, au niveau de la blogosphère principalement). Il faut y aller avec des pincettes sur l'approche et le discours car ils sont très sollicités. Il faut leur donner envie d'écrire sur ton projet, et j'avais la chance d'avoir un sujet porteur sur Shootnews.

 

Par rapport à ton expérience, quels conseils pourrais-tu donner à ceux qui souhaitent se lancer dans l'e-commerce ou dans un projet Internet ?

Avec internet, on peut partir de presque rien pour tester une idée et la transformer en entreprise prometteuse. Mon exemple montre aussi qu'il n'y a pas besoin d'avoir des gros moyens pour concrétiser un beau projet internet.

Au niveau marketing, si l'on mise beaucoup sur le référencement pour acquérir du trafic, il faut faire appel à un expert et avoir un budget réservé spécialement pour ce travail. Pour choisir un bon prestataire en référencement, il est important de vérifier sa formation, ses clients, et les résultats obtenus sur les sites dont il a la charge. Attention aux propositions financière trop attractives : en travaillant avec un prestataire sérieux, il faut compter 2 500 euros minimum pour avoir le conseil et le suivi pour 1 an.

L'étude de la concurrence est très importante pour valider le potentiel de son projet. Sur Shootnews, la concurrence m'a montré que j'aurai pu tenter une levée de fond dès le départ, et gagner surement beaucoup de temps dans la réalisation de mes objectifs.

De manière globale, je dirai qu'il faut être bien conseillé sur la stratégie, et avoir en amont un business Plan.

Enfin, mon letmotiv est identique au célèbre entrepreneur Gilles Babinet « y croire, y croire et encore y croire ».

 

Quelles sont les prochaines évolutions pour Shootnews et Natuxo ?

Je porte beaucoup d'ambitions sur ces 2 sites et donc, de grosses évolutions sont à prévoir. Cela nécessitera probablement de refondre toute la plateforme technique, mais aussi de revoir la communication et le marketing.

Mon objectif premier est de trouver des investisseurs pour mettre en place le modèle économique et lancer le développement du site à grande échelle.

 

Comment envisages-tu l'avenir pour ton activité ?

Je suis très optimiste pour l'avenir. Avec Shootnews, tout va dans le bon sens. L'explosion du marché des appareils photos numériques, mais aussi l'intégration des appareils photos dans les téléphones mobiles, permettent à un nombre de personnes toujours plus grand de devenir chasseur de scoop à tout moment.

Ensuite, la crise de la presse depuis plusieurs années fait qu'il y a un manque de journalistes pour couvrir tous les évènements. Shootnews est une formidable opportunité pour cette profession de trouver du contenu d'actualité, là où les journalistes ne peuvent être.

Pour rappel, les photos les plus chères diffusées dans les médias ont toujours été des photos faites par des amateurs, les plus gros scoop sont aussi souvent arrivés par des amateurs.  (NDLR : les vidéos amateurs du tsunami en Thailande, les vidéos et photos des émeutes récentes post-élections présidentielles en Iran, etc...).

Il faut que le journalisme citoyen continue !

 

Merci Henri !

22:55 Publié dans Témoignages d'e-commerçants | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |  Imprimer

Commentaires

heuuu ce site Shootnews pose une vraie question de société à mon avis.
Je ne suis pas certain que l'on puisse parler de journalisme citoyen, je pense que le journalisme, c'est vrai métier, métier qui a tendance à se déprécier au niveau du reportage, tant éditorial que photo.
Devant la profusion d'infos qui nous submergent, je pense que le rôle du médiateur, qui va permettre de prendre du recul, est essentiel.
Le vrai reportage photo est en train de mourir, comme en témoigne la cessation de Gamma par exemple, à cause de l'immédiateté et du people, et c'est une perte extrêmement fâcheuse pour comprendre le monde.

AG    30 septembre 2009 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
je suis globalement d'accord avec vous, je pense juste qu'il faut nuancer l'utilisation du terme "journalisme citoyen" dans le contexte où l'utilise Henri Offroy.
Bien sur, Shootnews n'est pas du journalisme, ni du reportage photo au sens professionnel du terme. "Journalisme Citoyen" veut dans le cas présent exprimer le fait que tout citoyen peut participer à l'actualité en diffusant ses propres supports écrits ou photos dans des médias professionnels.

Ludovic    30 septembre 2009 Répondre à ce commentaire

Je confirme les propos de Ludovic. C'est un grand débat !

Le journalisme citoyen peut être défini comme l'action de citoyens « jouant un rôle actif dans les processus de récupération, reportage, analyse et dissémination de l'actualité et de l'information », selon le rapport We Media: How Audiences are Shaping the Future of News and Information de Shayne Bowman et Chris Willis.

Il y a deux excellents articles de participative-spirit.fr sur le sujet "Les journalistes essaient de devenir participatifs..." et "Les dérives du participatif: Journaliste citoyen ou paparazzi collaboratif ?"

Une chose est sûre: Nous sommes tous témoins de faits d’actualité que nous pouvons diffuser !

Le participatif ne doit juste pas déraper...Un photographe amateur ne remplacera jamais un reporter professionnel de l'Afp.

Henri    30 septembre 2009 Répondre à ce commentaire

bonjour,
"En travaillant avec un prestataire sèrieux, il faut compter 2.500 euros de budget minimum pour avoir le conseil et le suivi pendant un an"
bien, j ai fait mon site tout seul avec un logiciel gratuit, sans aucune formation.
Au bout de 3 ans, avec un investissement personnel frugal, je suis 2eme/3eme chez Mr Google avec 800.000 à 1 million de requetes "mouches de pêche"
pas mal pour un innocent, non??

denis    05 janvier 2011 Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.