Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il y a 2 types d’agences web : celles qui maitrisent le e-commerce, et les autres...

07 juillet 2010Commentaires (42)

agence-web-specialistes-eco.jpg

Un article qui fera plaisir à tous mes amis référenceurs ;-)

Je commence par une petite anecdote pour poser le décor : il y a 6 mois, j’étais en contact avec un créateur d’entreprise qui souhaitait lancer une boutique en ligne. Son projet est 100% e-commerce, son futur salaire repose sur l’efficacité de son site à lui amener des visiteurs et les transformer en clients

Tous les experts du domaine se diront immédiatement qu’il faut porter une attention particulière lors de la réalisation du site à l’ergonomie, à la mise en valeur des produits, au processus de commande, et surtout, SURTOUT à l’optimisation du site pour son référencement naturel.


Cette personne a décidé de travailler avec une agence web ayant un profil « agence de communication globale » très portée sur l’image, l’identité de marque.

La proposition commerciale portait les stigmates d’un futur site plutôt haut de gamme. Beaucoup de prestation autour de l’identité graphique, de la mise en valeur du concept et des produits (shooting, traitement photos), de l’environnement graphique, mais peu de détail sur le côté technique (quelle solution e-commerce ?) et le SEO. Ce devis traduisait clairement les réelles compétences de l’agence, mais aussi ses faiblesses.

Après 6 mois de travail, un très beau site est sorti (j'avais mis l'URL dans la version initiale de l'article, mais à la demande du propriétaire du site, je l'ai retiré) :

  • une ambiance qui correspond en tout point à l’univers des produits,
  • le site est graphiquement très agréable, la navigation est assez intuitive.

MAIS

un site qui passe à côté des fondamentaux du SEO :

  • pré-page d’accueil en Flash
  • pas de sitemap,
  • pas d’URL rewriting,
  • toutes les pages ont le même titre (balises "title" identiques),
  • pas de balise Description, pas de balise Alt sur les images,
  • etc… la liste est longue, très longue...

On pourrait aussi parler de l’oubli des règles de bases du merchandising, puisqu’il n’y a pas de vraie page d’accueil marchande avec des produits à la Une, des nouveautés, des éléments de réassurance (numéro de téléphone, système de paiement sécurisé, livraison), etc…

Et enfin un processus de commande largement optimisable :

  • Pas de calcul des frais de livraison depuis le panier
  • Le formulaire de création de compte contient des champs non obligatoires. Autant ne pas les mettre puisqu’ils alourdissent le formulaire inutilement.
  • Les frais de livraison sont affichés à la fin du processus de commande uniquement.


Comment une agence web peut-elle oublier ces règles en créant un site d’e-commerce ?

On peut toujours se dire que, sur la partie ergonomie et merchandising, c’est le client qui a voulu le site comme ça et que l’agence n’a fait qu’exécuter ses demandes.
Mais sur la partie SEO ??? C’est son rôle, voire une obligation professionnelle de l’agence de développer un site qui soit Google Friendly.

 

Un site d’e-commerce ne se conçoit pas comme un site vitrine ou un site institutionnel.

J’enfonce les portes ouvertes en affirmant cela, mais preuve en est que toutes les agences web n’ont pas cette compréhension de leur métier. Et c’est bien là le problème, quand une entreprise décide de faire appel à une agence web pour faire son site d'e-commerce.

Depuis quelques années, une vraie différence se crée sur le marché entre :

  • les agences web spécialistes en e-commerce,
  • les agences web qui maitrisent la création de site internet au sens large du terme.

Les spécialistes connaissent parfaitement la réalité du métier d’e-commerçant. Elles savent qu’une boutique en ligne, au delà de sa qualité esthétique, doit d'abord respecter certaines règles pour jouer son rôle commercial, et pour être visible dans les moteurs de recherche.

D’autres créés des sites e-commerce sans comprendre les véritables enjeux qui pointent dès la page d’accueil, sur les pages produit, sur le tunnel de commande, sur la relation client. Elles conçoivent un site d'e-commerce comme un outil de communication et non comme un outil commercial. Savent-elles seulement ce qu’est un taux de transformation ? Parfois, je me demande…

Ce sont souvent des agences web qui ont une culture « de communication », une culture de l’image. Elles créées leurs sites en se focalisant sur le résultat graphique, au détriment des éléments réellement importants pour générer du chiffre d’affaire. Mais ignorer une partie des facteurs clés de succès d’un site e-commerce dès sa conception, c’est amputer les chances de réussite de son client dès le départ.

Quand vous avez mal au dos, vous avez plus de chance d'ête bien soigné par un médecin généraliste ou par un un spécialiste (osthéopathe/kiné) ?

 

Comment reconnaitre une agence qui s’y connait en e-commerce ?

Ni la réputation, ni la taille de l’agence, ne sont des bons critères. Je connais des agences web de 2 personnes au fin fond de l'Eure, qui s’y connaissent mieux que des agences de 20 personnes ayant pignon sur rue dans toute la région. Tout est affaire de compétences, uniquement.

Il y a quelques points qui me semblent assez révélateurs pour commencer à savoir à qui vous avez affaire :

  • Une majorité de références clients présentées sont des boutiques en ligne. A l’inverse, s’il y 3 sites d’e-commerce sur 20 références client, vous pouvez commencer à regarder ailleurs.
  • Un discours général qui met l’accent sur l’efficacité commerciale du site, et pas que la stratégie de marque ou l’identité graphique.
  • Une approche « optimisation pour les moteurs de recherche » sur la partie technique, mais aussi pour les contenus du site.
  • On vous parlera de Magento, de Prestashop, d’autres solutions e-commerce open source ou SaaS (42Stores, Rentashop, Oxatis, Kiubi), ou de la solution e-commerce développée en interne.
  • On vous parlera aussi de gestion commerciale via le back-office, de synchronisation avec un logiciel de comptabilité, de logistique, de fonctionnalité de crosseling ou d’upselling pour développer le panier moyen. Et pas que de webdesign ou de shooting photo.

Une solution pour limiter les risques consistent à choisir son agence web pour réaliser le site, puis externaliser la partie référencement naturel auprès d’un autre prestataire spécialisé : une entreprise ou un référenceur indépendant, qui accompagnera l’agence web dans la conception du site.

Le référencement est un métier à part entière, au même titre que la conception ergonomique et éditoriale d'un site, que le webdesign, que la gestion de projet, que le merchandising, que la logistique, que le webanalytic, que le webmarketing,...
Il faut tout ça pour lancer un projet  e-commerce sur les bons rails, donc choisissez vos partenaires avec précaution avant de prendre des décisions qui peuvent coûter cher.

22:04 Publié dans Reflexions sur l'e-commerce | Lien permanent | Commentaires (42) | | | |  Imprimer

Commentaires

Je confirme :
- ton article me fait extrêmement plaisir.
- le site que tu présente est très beau :-)

Sinon, tu me cloue un peu le bec. Tout ce que je pourrais dire serait de la paraphrase.

Agence AxeNet ( Sylvain )    07 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Merci. Ce n'est pas souvent que n'as rien à rajouter ! ;-)

Ludovic Passamonti    08 juillet 2010

excellent article, bien argumenter et tellement réel, le post devrait être montré à tous les futurs créateur de ecommerce qui sont généralement des bon businessman mais qui ont aucune notions de seo.
je twitt l'article via @FrankGuyon

Frank    07 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Merci pour le RT.

Ludovic Passamonti    08 juillet 2010

Très intéressant et simple de compréhension. Catégorisation des sites un peu courte mais frappante.
Salutations!

Jean-Claude Plourde    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

J'ai eu comme client en référencement naturel un site dont le client a dépensé 10.000 € HT sur la refonte totale de son site web, dont redirection depuis les anciennes URL de fiches produits vers les nouveaux.

Résultat :

Google voyait le site associé au mot "panier" et pour cause : celui-ci apparaît 21 fois sur chaque page du site, alors que le terme ne fait que décrire, comme sur l'ensemble des sites e-commerce, le contenu du panier d'achat du client, aucun panier n'étant vendu sur le site, bien évidemment.

La réécriture des anciennes URL vers les nouvelles (et je me demande toujours pourquoi les anciennes n'ont pas été conservées, mais passons) s'est fait de manière incomplète (liste non exhaustive, contrairement au cahier des charges) et non compatible avec les moteurs de recherches (code 302). Bref, inutile.

Le robots.txt bloquait tous les moteurs de recherche sur l'ensemble du site. Explication du développeur se disant spécialiste de l'e-commerce : il n'est pas référenceur... contrairement à ce que prétend son site web !

Enfin, la société a conseillé au client l'utilisation d'un serveur dédié en proposant par la même son administration. Or, outre que cette solution était clairement surdimensionnée par rapport aux besoins, l'infogérance n'était pas assurée (site hors service la moitié du temps, à savoir en moyenne 15 jours chaque mois), puisque le développeur n'avait aucune compétence dans ce domaine.

D'ailleurs, ledit développeur n'avait et n'a toujours aucune compétence dans aucun domaine lié au web.

Bref, il ne faut surtout pas hésiter à _contacter_ les clients de ses prestataires en leur demandant ce qu'ils peuvent vous dire sur la prestation qui leur a été fournie, ainsi que les conséquences sur leur business.

Petit Nuage    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Le coup du serveur dédié pour des sites qui ne feront pas plus de 10 000 VU/mois pendant les 1er mois de leur existence, je le retrouve souvent aussi.

On vend un service sur-dimensionné, mais bien plus rentable pour le prestataire, car on sait que le client n'y comprendra rien, c'est trop technique...

Ludovic Passamonti    08 juillet 2010

Connaître ses clients, son secteur en particulier, son degrés de maturité... Et adapter ses propositions/prestations à ses particularités et à son business. Il n'y a pas vraiment de secret. Le client est au centre de la vie de l'agence (ou de l'indépendant) et c'est tout. Tu prêches un convaincu, mais si seulement tout le monde pouvait parler comme toi !
Sinon, l'ostéopathie, personnellement, j'y crois pas du tout ! :-)

François Houste    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Excellent article.

Je partage ton analyse. Développer un site e-commerce est un métier à part entière. On est loin du site vitrine.

Yoan De Macedo    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Un article au ton juste et auquel j'adhère complètement sur le fond. A vos BLs pour que tous nos prospects ne manquent jamais de lire ce très bon résumé de la situation.

Toucouleur    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Rien à ajouter, je suis 100% d'accord avec ce que tu expliques et j'ai souvent affaire à ce genre de client, qui vient de dépenser un bras pour un site magnifique mais réalisé en dépit du bon sens d'un point de vue ergonomie et visibilité...

Marie    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Ce sont des articles de ce type que j'aurais dû lire avant de signer avec une "agence de communication".
Le fait est que je pense qu'il faudrait utiliser d'autres outils de communication pour les vrais agences compétentes pour réaliser un site de E-commerce.
Avant de me lancer, je n'y connaissais pas grand chose et j'ai appris au fur et à mesure. Comment identifier un bonne agence ? C'est un des point clé de la réussite du futur site.
Pourquoi ne pas communiquer également par le biais des CCI par exemple et pas uniquement via le web ou les agences, bonnes et mauvaises, sont très nombreuses !

Merci pour l'article instructif et juste !

Petula    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Excellente synthèse ! Je m'apprète moi-même à écrire des articles sur mon blog destinés à conseiller les e-commerçants débutants dans leur démarche, car ces déconvenues arrivent bien souvent en effet ! je mettrai cet article en lien le moment venu !

zanskar    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

excellent article ! mais attention faire le choix de scinder création du site et référencement impose beaucoup plus de vigilance et une entente parfaite en AMONT entre les deux prestataires !! Le référencement ne se pense pas après la construction du site... mais avant, pendant et après !... ce que la majorité des entreprises oublient !... malheureusement...

Fabien Pretre    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Malheureusement, les CCI ne pourront pas faire grand choses car bien souvent, elles n'ont pas les compétences et des connaissances suffisamment pointues pour permettre d'orienter les porteurs de projet vers tel ou tel type de prestataire web.
Surtout ce n'est pas leur rôle. Elles donnent des conseils généralistes, mais ensuite, il faut se débrouiller avec son cahier des charges sous le bras.

En Normandie il y a une antenne spéciale dédiée au web http://www.polenormand.fr, mais c'est loin d'être le cas partout.

Ludovic Passamonti    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

bonjour
très bonne analyse très pertinente, et très intéressante
surtout à mettre en tre toutes les mains

olivier jamault    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Très bon article !

Et pour revenir aux médecins généralistes, j'ajoute qu'il y a de plus en plus de charlatans qui ne pensent plus qu'à l'argent (ou sont blasés ?)

Déjà pour un site vitrine, je trouve qu'il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte entre les différents aspects techniques, graphiques, SEO, accessibilité, ergonomie ... etc

Pour un site marchand il y a 20 fois plus de travail sur tous ces aspects, puisque la réussite de ces critères va aboutir à la vente des produits, et c'est bien ça le but d'un site E-commerce, Vendre.

Et je pense qu'à l'heure actuelle avec la croissance que connaissent les sites marchands, il faut vraiment essayer de se démarquer (par exemple sur l'aspect graphique) tout en n'oubliant pas les aspects techniques qui sont pour ma part les plus importants sur un site internet.

Studio 76    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu exprimes dans ton article. Il y a encore, malheureusement, trop d'agences web qui n'ont aucune compétence en Webmarketing, en référencement ou en logistique. Seul le design les intéresse. Je rajouterai qu'il existe des agences regroupant les compétences de développement et de référencement. Si les personnes savent bien travailler ensemble, le résultat peut être très bon.

Référencement naturel (JC)    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Très bon article, le problème est que les clients qui ne connaissent pas trop vont se fier aux belles agences, bien rutilantes qui savent tout faire donc du coup ils arrivent en général avec quelque chose de bancale.

On pourrait presque résumé la pensée de l'article à cette phrase

"Quand vous avez mal au dos, vous avez plus de chance d'ête bien soigné par un médecin généraliste ou par un osthéopathe / un kiné ?"

Pierre    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Quel bel article, merci.

Pourtant, je ne pointerai pas la responsabilité uniquement sur l'agence qui a réalisé le site mais aussi sur les personnes ayant réalisé le choix du prestataire.

L'agence promettait un joli site, un véritable travail sur l'image et omettait le coté vendeur / ecommerce ? C'est ce qui a été produit on dirait (je n'ai pas vu le site).

Il aurait suffit de prendre 2-3 jours d'un consultant e-commerce pour aider / conseiller lors du choix du prestataire, ou un bon chef de projet en interne...

Dommage car tout le monde est perdant, la marque, l'agence et... les internautes.

Aurélien    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Très bon article, par contre j'enlèverais le paragraphe sur la question en rapport avec le mal de dos. Car pour le coup, sans connaitre la pathologie...
Et donc du coup, ca ne sert pas l'argumentation de l'article.
(mais bon ok je chipote un chouilla)

Thierry    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Bravo pour cet article qui pose bien l'une des réalités du e-commerce, et cette phrase "Un site d’e-commerce ne se conçoit pas comme un site vitrine ou un site institutionnel." ferait un très bon sujet de dissertation/recherche. Pour "le mal de dos", faut peut-être juste changer de literie ;)

Jimmy Braun    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec le contenu de l'article, avec tout de même une petite réserve. On ne doit pas selon moi choisir entre une agence spécialisée dans l'identité visuelle et une agence spécialiste du e-commerce... Il faut avoir les deux !
Un site web très graphique aura peut-être une certaine côte mais pas forcément beaucoup de vente. Mais à l'inverse, un site bien référencé mais horriblement conçu aura beaucoup de visiteurs, mais un taux de conversion hideux également.

Une vraie agence doit pouvoir concilier les deux sans concession, c'est du moins ma vision des agences web. On pourra dire que la segmentation des prestations permet une expertise dans un domaine, mais je ne suis pas d'accord. Les professionnels de demain se doivent d'être pluricompétents.

Agence web Wype    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord sur le fond de ta remarque. Idéalement l'agence doit être compétente dans tous les domaines, mais ce n'est pas simple à trouver, et surtout ça se paye cher. Or, les TPE/PME n'ont pas toujours les moyens d'aller sur ce "niveau" de prestataire.

Je ne prône pas la multiplication des prestataires spécialistes pour faire un site, sinon ca peut devenir ingérable de faire travailler tous ce monde ensemble. Bien que je considère que le SEO est trop important en e-commerce pour ne pas mériter un petit traitement de faveur.

Mais je te rassure, je suis très sensible au graphisme et je conseille toujours à mes clients de faire une mini-compétition créa rémunérée entre 2 prestataires qui sont au même niveau sur le papier, pour sécuriser le choix de l'agence sur ce point aussi.

Ludovic Passamonti    08 juillet 2010

Très bon article qui devrait passer au moins une fois au sein de toutes les entreprises désireuses de créer un site e-commerce...

Communication (design, identité visuelle) et Commerce (au sens de la vente) n'obéissent pas aux mêmes cordes et doivent être complémentaires!

Par contre pas sûr que l'externalisation du référencement (par exemple) soit une solution. Mieux vaut trouver une seule entreprise qui développe toutes les compétences (qui a recruté en conséquence tout simplement).

Roman    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Bon, et bien finalement, je vais à nouveau faire le bavard car les commentaires m'inspirent :-)

Je rejoins totalement Fabien concernant le fait que le référencement se conçoit en bonne partie avant la réalisation du site. Oublier d'y penser amène à réaliser le "joli" site que j'ai eu de la chance de voir avant que tu ne supprime l'url.

J'ajouterai que je ne suis pas forcément d'accord avec certains autres commentaires, ou du moins, j'y apporterai un bémol.

Bien évidemment, l'aspect esthétique du site à de l'importance, mais selon moi, ce n'est qu'une cerise sur le gâteau, en aucun cas un pré-requis.

Je ne dis pas qu'il faut faire moche pour le plaisir (les quelques sites réalisés par notre agence vous le confirmerons), mais si vous prenez les sites des plus gros acteurs du e-commerce en France, je doute que ce que l'on en retienne soit qu'ils sont beaux.

Ils sont éventuellement fonctionnels, ergonomiques, pratiques, faciles à utiliser, rassurants, bien référencés, mais beaux ? Pas spécialement.

Il ne faut pas oublier que l'objectif d'une boutique en ligne, la plupart du temps, c'est VENDRE.

En tant que e-commerçant, je préfère avoir un site qui fait du chiffre plutôt que d'avoir des compliments sur sa "beauté" et 50% de commandes en moins.

Ne me jetez pas de pierre, je le répète, je ne dis pas qu'il faut faire laid.
Quoi que parmi nos clients, celui qui dépote le plus est celui dont le site ressemble à un entrepôt de seconde zone. Il se positionne comme un acteur de la chaussure de sport hyper discount, et le graphisme "web moins 2.0" correspond très bien à l'image qu'il veut donner.
En tout cas, les clients se bousculent (il faut dire qu'avec son design façon texte, son référencement est de premier ordre).

Pour conclure, je dirais que les objectif du graphisme sont :
- rassurer le client en n'ayant pas l'air d'une société fictive
- être au service du contenu (des produits, des promos, de l'ergonomie)
- se faire oublier (ce n'est pas ce que l'on doit retenir du site d'un e-commerçant)

Le tout, en étant beau quand même, tant qu'à faire, mais ce n'est pas la priorité.

ps : Je me suis bien rattrapé ? Assez bavard ?

Sylvain (AxeNet)    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Salut Ludovic, évidemment ton article est trés pertinent et bien argumenté cependant, ni dans ton billet ni dans les commentaires je n'y ai vu d'allusions quant à la responsabilité du client. Je m'explique:
Si j'ai le désir et les moyens de m'acheter soit une voiture de course, soit faire du saut en parachute, etc... J'aurais besoin de me former un minimun. C'est aussi au futur e-commerçant de s'y connaitre un tant soit peu sur son domaine d'activité, le e-commerce.
C'est vrai, c'est comme s'acheter un PC avec Unix installé dessus (parce qu'il en à entendu parler et que c'est cool) alors qu'il n'a jamais touché d'ordinateur, c'est con et non productif!
Il faut donc peut-être des métiers comme le tiens pour évangéliser les futur e-commerçants...

Franck    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

c'est vrai dans certains cas, mais tu es bien placé pour savoir qu'avec tout ce que dois gérer un nouveau e-commerçant qui se lance, c'est loin d'être évident.
S'il prend une agence, c'est souvent pour être délesté et conseillé, et il s'en remet les yeux fermés à son prestataire.

Tu as raison de parler de formation. Cela devrai être un passage obligé, car on parle quand même d'apprendre un nouveau métier, voire plusieurs nouveaux métiers à la fois !

Dans les faits, je remarque que le réflexe "formation" ne vient que bien plus tard, quand l'e-commerçant est dans l'impasse au bout de X mois d'activité.

Ludovic Passamonti    08 juillet 2010

Je n'ai pas beaucoups de réalisations e-commerce à mon compte. (simplement parce que je n'aime pas franchement ce domaine)
Pour autant, je ne pense pas être largué en la matière.

Ensuite, il y a prestataire en création de sites et applications web et prestataires en référencement, en web marketing, en conseil etc...
Une agence web, c'est une agence web. Un projet d'e-commerce requiert de multiples compétences qui ne peuvent pas être concentrées en une seule personne ou une seul agence.

Donc, je dirais pour reprendre le titre qu'"il y a les agences qui savent implémenter correctement des applications e-commerce et les autres".

Pour terminer, il est clair que la montée en puissance de l'e-commerce attire les gens les moins scrupuleux/compétents/éthiques.
Mais cela vaut pour tous les domaines en général. :)

Tijuan    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

@ Tijuan

Il y a des agences dans lesquelles il y a :
2 juristes, 5 referenceurs, 10 developpeurs, 5 graphistes, 5 ou 6 formateurs sur les aspects relatifs à la rédaction web, management de communautés, 2 master marketing, 1 videaste pro, 1 photographe pro, etc.

Je crois donc qu'une seule agence peut tout faire
mais que toutes les agences ne savent pas tout faire.

Quand à l'individuel, il est certain qu'il ne peut pas être spécialiste en tout, tu as raison.

@ Franck

Je vous rejoins complètement. Mais comme le dit Ludovic, trop nombreux sont ceux qui attendent de se planter avant de se former. D'ailleurs, il n'y a quasiment que dans le web que l'on voit cela.

Sylvain    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

"trop nombreux sont ceux qui attendent de se planter avant de se former. D'ailleurs, il n'y a quasiment que dans le web que l'on voit cela."

C'est clair ! Ca ne viendrai pas à l'idée d'un plombier de créer un atelier de menuiserie sans faire une formation professionnelle auparavant... Mais avec l'e-commerce, les gens pensent que c'est possible.

"Créez votre boutique en 2 minutes et vendez sur internet en 5 minutes"
peut-on lire sur le site de certains prestataires de solution e-commerce. Quelle connerie !

Ludovic Passamonti    08 juillet 2010

Bonjour,
Il y a aussi les agences qui profite de l'ignorance du client.
Elles mettent en place des techniques anti-SEO ou autre pour vendre en suite des prestations qui vont permettre de solutionnés les faux problèmes.

celles-ci sont les plus déplorables !

ckarone    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Non sérieusement ???? Alors ça, j'ai jamais vu !!!

Mais je ne suis pas étonné d'apprendre que ça existe.

Ludovic Passamonti    08 juillet 2010

Tellement vrai !

C'est malheureux le nombre d'agences qui facturent, à des prix faramineux, des prestations dont la pertinence commerciale est proche de zéro !

Par rapport à l'exemple cité dans ton article, il faut réussir à faire comprendre aux gens/clients/entrepreneurs lambda que "le beau ne vend pas"... et ce n'est pas toujours facile ! (Je ne parle, bien sur, non plus de faire un site moche, simplement déjà éviter le Flash en home et le bouton d'action en dessous de ligne de flottaison !)

Mais au delà de ça, ce que l'on oublie peut-être de prendre en compte, c'est que ce genre de presta, c'est - malheureusement - ce que veulent souvent les clients. Leur égo vient beaucoup trop jouer dans l'équation.

Car souvent, ce qu'ils veulent, c'est "un truc tout beau, tout clinquant, qui brille de partout, avec lequel je vais pouvoir frimer devant ma famille". Et tant pis, pour le SEO-Friendly, l'aspect webmarketing, etc.

Sans oublier, le "Je veut le meilleur pour mon site", alors les agences - et oui, c'est dégueulasse, mais c'est comme ça ! - joue sur ça en leur tarifant des presta disproportionnées par rapport à leur site, uniquement axé sur le design ou le branding - mais ça sert à quoi le branding quand on fait même pas 50 visiteurs/jour ? - et dénuées de tout sens commercial et marketing !

Alexandre Sippi    08 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Si si,

Exemple qui parle de lui-même: sur site e commerce, les balises title sont remplacées en javascript, le title html et du style title="lesite.com"

ckarone    09 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

En Languedoc Roussillon il y a l'association NOVAE http://www.oppticlr.org/Accueil/ qui essaye de faire un peu le ménage dans les différentes entreprises susceptibles d'œuvrer sur le web.

Mais eux même n'étant pas forcément expert en e-commerce, et sans l'aide de véritable repères, je doute que cela soit d'un grand secours pour les PME qui s'adressent à eux pour la recherche d'un prestataire.

@AxeNet beaucoup de contradictions dans ce que tu écris sur les besoins en terme de design. Il n'y a pas de règles absolues quand on parle de réussite de création de boutique e-commerce.

La vrai solution c'est de savoir faire évoluer son site en fonction des besoins exprimés par ses clients (les consommateurs, pas la PME à laquelle une agence Web va louer ses services). Et malheureusement, l'écoute de ses consommateurs est une des règles fondamentales que beaucoup passent à la trappe sous prétexte qu'ils croient tout connaitre en s'abonnant au flux du Capitaine-Commerce ou de GetElastic pour ne citer que ces référentiels.

Toucouleur    13 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Encore un bon article Ludo, je vais pour ma part apporter un commentaire pour ma partie...

Je lis ici et là que l'on parle d'agences, de graphistes, etc... Mais une agence web c'est quoi en fin de compte ? Un regroupement de plusieurs personnes ? Un regroupement de toutes les compétences web ?

Force est de constater qu'aujourd'hui le terme "agence" est employé systématiquement pour désigner un ensemble d'experts et non le spectre complet d'une expertise. J'en veut pour preuve le terme de "Webdesigner".

Que ce soit par les clients ou certaines "agences", on appelle un webdesigner un graphiste ou un graphiste webdesigner. Pour moi les deux termes sont différents, le webdesigner étant un graphiste avec des compétences en ergonomie et structure (chose qui me paraît essentielle aujourd'hui en e-commerce d'ailleurs).

Et aujourd'hui, je dirais même que cela ne suffit plus. Un webdesigner, s'il veut être complet, doit également prendre en compte la notion de référencement de naturel et être compétent dans ce domaine. Car c'est bien lui qui risque de figer dans l'image des éléments essentiel au référencement ou effectuer des choix techniques incompatibles.

Alors si pour avoir le même résultat, on doit prendre un graphiste, un ergonome et un spécialiste du référencement naturel, nous ne sommes plus efficient, moins en harmonie, cela doit faire l'objet d'une prestation complète.

En revanche, je suis tout à fait d'accord pour qu'il y ait plusieurs acteurs sur un même projet, à chacun son job, mais un objectif commun.

Maintenant je pense que certaines agences, pour être plus efficientes, doivent sous-traiter les parties qu'elles ne maîtrisent pas au lieu de vouloir vendre du "global moyen".

Maintenant sur "l'esthétique". Est-ce important ou non pour vendre ? Alors oui, amazon, ebay et d'autres sont horribles et pourtant vendent, mais eux ne sont pas mes clients, et mes clients n'ont pas la notoriété et la force de frappe de ces géants.

Et pourtant, aujourd'hui, "l'habit fait le moine" sur internet. Deux ados ouvrent un site de vente de jeux vidéos tombés du camion avec un design rutilants acheté sur Template Monster et donne une impression de sérieux, de sécurité...

Un vendeur avec un site, très attaché au client et au service, certes bien référencé, mais un design semblant être bricolé par un copain ne donnera pas le même sentiment. Alors, oui, lorsque Google regarde un site, il regarde la beauté intérieure, mais le client lui reste humain, et regarde quand à lui l'enveloppe extérieure qui est UN des éléments de décision.

Je terminerais sur le fait qu'il serait bon de définir exactement le terme "beau" en matière de e-commerce. Un site qui revêt une très belle charte est un site qui revêt une très belle charte, un site beau est pour moi un site avec une très belle charte, bien référencé, bien structuré et qui réponds au besoin du client et de sa cible, mais on pourrait en débattre des heures.

Enfin, il faut prendre en considération deux choses. Il y a une différence entre ce que nous aimerions faire pour le client et ce que le client veut absolument réaliser. J'ai des projets que j'ai refusé de signer, pour ne pas être que les mains d'un autre cerveau. Si le client nous laisse une large marge de manoeuvre, nous pouvons mieux nous exprimer.

A bientôt.

Graphical Dream    13 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Salut Philippe,

avec ton exemple du webdesigner qui en plus du graphisme, doit aussi connaitre l'ergonomie, le référencement et l'intégration pour bien faire son métier, tu mets le doigt sur un point qui contribue à rendre les choses complexe pour tous le monde :
les expertises ne sont plus cloisonnées. Chaque "expert" doit aussi maitriser des compétences connexes à son métier, pour faire son propre métier correctement. Et c'est déjà assez dur comme ça d'être bon dans son domaine de prédilection...

Cette logique est valable pour tous les métiers intervenants dans la production d'un site web :
- Le chef de projet doit d'abord être gestionnaire, mais aussi architecte/ergonome, avec une sensibilité artistique, et des bases en webmarketing.
- Le développeur doit maitriser un ou langage, un CMS, ou un logiciel e-commerce, il doit aussi connaitre les bases du référencement pour faire une bonne intégration.

Dans ces conditions, recruter des bons profils devient une vraie galère pour les agences web. Il faut souvent s'adresser à des profils sénior qui ont eu le temps d'assimiler toutes ces compétences au fur et à mesure de leur parcours pro.

La dimension e-commerce d'un projet ajoute encore une couche de complexité dans tout cela, car chaque compétence joue un rôle majeure dans la future efficacité du site. Et le client ne peut faire l'impasse sur rien s'il veut espérer un jour gagner sa vie grâce à son site.

Ludovic Passamonti    15 juillet 2010

Dis donc ça déchaine les foules cet article ! :)

Nico    15 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Excellent article.
Développer un site e-commerce est un métier à part entière. On est loin du site vitrine.
Un article au ton juste et auquel j'adhère complètement sur le fond. A vos BLs pour que tous nos prospects ne manquent jamais de lire ce très bon résumé de la situation.

Misley    24 octobre 2011 Répondre à ce commentaire

C'est moi ou "les autres" c'est peut être 98% des agences ?

Sebastien    16 février 2012 Répondre à ce commentaire

Le souci c'est que trop d'acteurs prétendent en effet se connaître en E-commerce et la réalité c'est qu'il s'agit d'un levier pour encaisser de l'argent sans réel objectif pour le client (qui a payé sa prestation). Beaucoup d'agences web pratiquent cela. On a la création de la prestation mais en ce qui concerne le réel positionnement du site client ou le suivi ça devient très compliqué.

Annonce gratuite    24 septembre 2013 Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.