Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TinyPay.me réduit le e-commerce à sa plus simple expression

21 avril 2010Commentaires (2)

banner-tinypay.jpg

Comment faire du e-commerce simplement, comme un pro, sans créer de site internet, sans créer de compte sur une place de marché comme Ebay ?

C'est désormais possible grâce à TinyPay.me, une nouvelle solution e-commerce à la croisée de Twitter et Paypal, qui permet de créer une fiche produit avec système de paiement intégré en 60 secondes chrono, puis de la diffuser aussitôt à son réseau pour commencer à trouver des clients.

TinyPay vient de gagner la semaine dernière le concours de la startup la plus prometteuse à Innovate!2010 à Amsterdam.


Comment ça marche ?

En se connectant à TinyPay.me, on accède à un formulaire qui reprend les informations nécessaires pour présenter son produit : titre, descriptif, photos, quantités disponibles, prix avec choix de la devise, etc. Il est aussi possible de vendre des fichiers en téléchargement comme des e-books, des photos, des logiciels, ou des templates de blog. Le service est pour l'instant disponible uniquement en anglais.

Je rempli mes coordonnées (localisation instantanée sur Google Map), relie le produit à mon compte Paypal, seul moyen de paiement disponible sur TinyPay, puis je valide.

tinypay.me | the easiest way to sell.jpg

Un email de confirmation vous est envoyé afin de valider la mise en ligne de la fiche produit, qui se présente comme ceci (exemple trouvé via Google) :

T-Shirt laPatate - La vie est belge | tinypay.me.jpg

Je trouve que le visuel produit est un peu petit, mais une bonne fonction de zoom permet de résoudre le problème.

Image 9.png

Ba quoi ???? C'est un t-shirt avec un cache-sexe mouton intégré. Vous ne connaissiez pas ? Pourtant c'est le nec-plus-ultra dans les soirées branchées !

La page générée est accessible via une URL courte du type http://tinypay.me/tvYu0W, permettant de faciliter sa diffusion.

Enfin, les traditionnels avis clients ne sont pas en reste, puisqu'un système de commentaire sur le produit est intégré.

Bien sûr la fiche est administrable à tout moment par son auteur.


Trouver ses premiers clients en quelques clicks

Avec le web, c'est toujours pareil, on peut créer sa boutique en 1 click, mais pour la faire connaître, c'est une autre histoire...  TinyPay a tout prévu de ce côté là.
La fiche produit intègre l'ensemble des fonctions de partage dans les réseaux sociaux, ce qui vous permet de la diffuser facilement auprès de tous vos contacts Facebook, Twitter, ou d'intégrer un bouton d'achat sur votre blog grâce à un système d'embed.

Buy now at Tinypay.me


Voici un exemple d'intégration de plusieurs produits, réalisé par le site Playwoodoo.com.

Woodoo ORDER.jpg

Ce système a t-il de l'avenir ?

TinyPay s'adresse à une large frange de la population qui aimerai vendre sur internet mais qui n'est pas prête à créer une boutique juste pour quelques produits.
Le système est idéal pour les personnes faisant du loisir créatif, pour les artistes, pour les vendeurs occasionnels, pour les produits à forte saisonnalité, et globalement pour toute personne souhaitant tester la vente en ligne sans le moindre investissement financier.

Du côté du modèle économique, TinyPay fait aussi dans la simplicité : une commission de 5% est prélevée par Paypal sur le montant total de chaque transaction effectuée, dont 1% revient à TinyPay. Donc pour le vendeur, pas de ventes = pas de frais.

Un modèle qui tend à devenir de plus en plus rare, car les plateformes d'e-commerce qui fonctionnent avec un principe de rémunération sur le CA généré par les boutiques clientes passent petit à petit à une offre payante. En France, dans les solutions hébergées ayant pignon sur rue, il ne reste que Wizishop (à partir de 5% du CA), mais pour combien de temps encore ? 42stores, garde aussi une offre basique (3% du CA), mais ses fondateurs ont, depuis quelques mois, complété leur offre avec des abonnement mensuels.

Une évolution logique car le défaut de ce modèle économique est qu'il attire majoritairement des e-commerçants n'ayant pas de réelles ambitions, ni de moyens financiers suffisants pour développer leur activité et garantir sa pérénité. Comment se sentir réellement impliqués dans la réussite de sa boutique quand l'échec ne coûte rien ? Personnellement, je ne crois pas beaucoup à ce contexte particulier d'entreprenariat sans risques.

Au final, c'est la plateforme qui prend tout les risques, puisque son CA dépend uniquement de la réussite des boutiques qu'elle héberge, et qui représentent une (très ?) faible part de ses clients.
Quand aux boutiques qui réussissent et sont financièrement intéressantes, il y a fort à parier qu'elles finiront par avoir des besoins tellement spécifiques que leur plateforme ne pourra plus y répondre, et qu'elles migreront à terme sur une solution plus flexible, open source ou hébergée.

Dans ce contexte, TinyPay offre une solution particulièrement intéressante qui, à mon avis, va vite faire parler d'elle en France quand elle sera disponible dans la langue de Molière.

09:00 Publié dans Prestataires e-commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |  Imprimer

Commentaires

Intéressant... Je croyais avoir trouvé la boutique la plus simple avec E-shop, un simple module de Wordpress, mais je vois qu'on peut toujours aller plus loin dans le minimalisme... Je vais essayer cette solution, pour éventuellement la recommander à certains clients. Merci de l'info !

Référencement Marseille    27 avril 2010 Répondre à ce commentaire

Salut Ludovic,
excellent que ce TinyPay...
Un bémol cependant : le fait qu'il soit uniquement proposé en anglais, n'est il pas un frein pour son expansion ?

Christophe    27 avril 2010 Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.