Interview e-commerce : RueduParapluie.fr et Parapluie-transparent.com

03 juin 2010Commentaires (17)

Image 1.pngPour cette nouvelle interview, j'ai contacté Nicolas Bucaille, fondateur normand de 2 boutiques spécialisées dans la vente de parapluies, et d'autres à venir.

Nicolas nous explique tout sur les raisons et ses choix pour lancer son activité e-commerce dans des bonnes conditions, sur sa stratégie, et surtout ses résultats (en l'occurrence ils sont bons, puisque son activité est rentable après seulement 6 mois d'exploitation). Et comme d'habitude, un bon topo de la réalité du e-commerçe au quotiden.

Et en plus il est super sympa, donc si vous voulez acheter votre prochain parapluie sur Internet, vous savez ou aller ! ;-)

Je termine l'interview avec 6 conseils pour optimiser ses chances de réussite en se lançant dans l'aventure du e-commerce.


Bonjour Nicolas, qui es-tu et quel est ton travail ?

n1083857511_7826.jpgJe m'appelle donc Nicolas Bucaille, de Caen, 28 ans, je suis créateur et gérant de plusieurs sites e-commerce, avec une approche de marché de niche :

Je m'occupe de tout dans ces sites et dans la société, étant en entreprise individuelle à l'heure actuelle : création et maintenance, promotion, sourcing, ...

 

Donc tu es un normand qui vends des parapluies. Est-ce que ça marche bien ?

Selon les jours, c'est entre 30 et 80 visiteurs uniques sur Parapluie-transparent.com qui n'a pas de promotion autre que quelques liens externes et le référencement naturel. J'ai 3 références au catalogue avec quelques déclinaisons, et un taux de transformation qui oscille entre 3% à 8% selon les jours.

parapluies transparents.png

Pour Rueduparapluie.fr c'est de 150 à 450 visiteurs uniques par jour, avec à l'heure actuelle environ 50% de trafic payant, le reste provenant du référencement, de liens externes, de Twitter ou Facebook, de quelques comparateurs de prix... J'ai un taux de transformation oscillant entre 1% et 4% selon les jours avec une moyenne de 2-2,5%.

Rue du parapluie.png

Mon activité dépend de la météo bien sûr, et pour le moment mon meilleur mois reste décembre dernier avec un peu plus de 10 000 € de CA. Mais depuis janvier il ne cesse de croître alors que février et mars sont à priori les plus mauvais mois pour le parapluie (dixit un fournisseur). Je suis donc plutôt content de l'évolution pour le moment. Et contre toute atenten, je ne vends pas plus de parapluies en Normandie ou en Bretagne qu'en PACA.

Concernant la rentabilité, oui je suis rentable. Heureusement j'ai envie de dire, compte tenue de ma taille, mais je réinvesti tous mes revenus dans de la pub et surtout dans du stock et un élargissement du catalogue pour pouvoir me développer plus rapidement.

 

Comment t'est venu l'idée de faire du e-commerce ?

Je suis arrivé dans l'e-commerce à force de travailler avec des e-commerçants et par la passion d'internet, après avoir revendu mes parts de ma précédente société, qui faisait du suivi de colissimo. J'en avais marre de me battre à longueur de journée contre une administration pour qu'elle respecte ses engagements commerciaux, j'avais envie d'autre chose.

A force de discuter avec des professionnels, le virus m'a pris. J'ai donc cherché ce que je pourrais vendre, et au détour de discussions et de recherches, j'ai remarqué qu'il n'existait pas un seul site e-commerce spécialisé dans la vente de parapluies. L'idée est arrivée.

Avant de lancer le site généraliste, j'ai lancé le site spécialisé sur les parapluies transparents pour me positionner tranquillement sur une niche, et pour le permettre de faire des tests, surtout concernant l'organisation de la logistique.

 

Qui sont tes concurrents ? Quels sont tes points forts sur ce marché ?

Mes concurrents sont les fabricants et surtout les grandes marques connues comme Isotoner, le leader mondial. Mais mon positionnement est différent. Là où la concurrence ne vend que ses créations, que sa marque, je vends le maximum de références et de types de parapluies possibles. Donc plus de choix pour le consommateur.

Ayant commencé il y a peu de temps (rue du parapluie est en route depuis octobre 2009 seulement) je n'ai pas encore beaucoup de références, mais j'élargis le catalogue au fur et à mesure.

 

Comment as tu travaillé pour créer tes sites ?

J'ai créé moi-même mes sites de A à Z, autant pour le design que pour l'ergonomie.

Pour Parapluie-transparent.com, j'ai utilisé OsCommerce pour sa facilité de prise en main compte tenu de mon niveau en programmation (je suis un codeur du dimanche, un petit bidouilleur). Comme le site est destiné à rester petit, je n'avais pas envie de m'embêter à prendre en main un script complexe comme Prestashop, ou encore plus lourd avec Magento.

Pour Rueduparapluie.fr, j'ai hésité entre un script open source et une plateforme hébergée pour éviter d'avoir à mettre les mains dans le cambouis, pour me faire gagner du temps de maintenance. Finalement j'ai choisi la seconde option et Rueduparapluie.fr est chez Wizishop.


Justement, d'après ton expérience, quel sont les critères pour choisir entre une solution open source ou une solution SaaS quand on veut démarer un projet e-commerce?

1. Optimisation SEO (NDLR pour les novices : SEO = Search Engine Optimization = capacité du site à avoir un code bien optimisé pour voir son contenu pris en compte efficacement dans les résultats des moteurs de recherche. Sans un bon référencement, pas de clients... )

2. Prise en main du back-office  (NDLR : important pour gagner du temps dans la gestion au quotidien de sa boutique)

3. Les fonctions disponibles par rapport a mes besoins (NDLR : effectivement pas la peine de prendre une solution surdimensionnée au niveau fonctionnel, ca vous coutera inutilement plus cher. Inversement, quelques fonctions manquantes et ça peut vous coûter cher en développement spécifique si vous y tenez vraiment),

4. La personnalisation du front office (NDLR : très important si vous voulez facilement optimiser la mise en valeur de vos produits, ajouter des fonctionnalités, et ainsi améliorer votre taux de conversion dans le temps).

Par exemple, sur Parapluie-transparent.com qui tourne sous OsCommerce, je passe plus de temps à faire des modifications, que sur Wizishop dont le back-office me permet de faire plus de choses en moins de temps.

 

Qu'as-tu mis en place au niveau marketing pour faire connaître les sites ? Référencement, campagne de liens sponsors, campagne d'emailing, blogging , etc ? Quels sont les résultats ?

Bien sûr, le référencement a été pensé en amont, et les noms de domaine choisi aussi dans cette optique, en plus d'être parlant pour encourager au click et montrer le positionnement du site.

Sinon j'utilise, mais uniquement pour Rueduparapluie.fr, les liens sponsorisés (Adwords), quelques comparateurs de prix gratuits ou en test payant pour voir le retour, et je tiens un blog... que j'ai du mal à mettre à jour régulièrement. Je pense à l'emailing pour la suite mais rien n'est encore mis en place.

Je scrute aussi du côté de l'affiliation mais j'ai du mal à y croire pour ce produit, et enfin du côté du retargeting via Criteo ou/et Adwords qui lance ce service.

 

Tu travailles seul ton référencement donc ?

Oui, je me concentre surtout sur la partie création de backlinks, et l'optimisation de mes pages.

 

Et tes campagnes Adword, c'est un gros budget ?

J'y consacre environ 5% du CA mensuel, soit 200 à 300 euros/mois. Au début, ce n'était pas rentable car j'ai volontairement ciblé large pour récupérer le maximum de mots clés utiles pour la suite. L'idée était d'avoir un volume suffisant pour voir ce que les gens recherchaient (rien ne vaut le terrain pour avoir des remontées). C'était un investissement sur l'avenir pour affiner au fur et à mesure.

 

Quelles difficultés as-tu rencontré pour réaliser tes site, et aujourd'hui pour développer l'activité ?

Pour réaliser les sites je n'ai pas rencontré de difficultés particulières car je m'y connais un minimum, même si je ne suis pas un vrai pro. Je savais dès le début ce que je voulais. Sauf concernant le design, c'est vraiment mon talon d'Achille ça...

Pour développer mon activité par contre ce qu'il me manque, c'est essentiellement des moyens financiers. J'ai envie d'acheter tous les parapluies qu'on me propose pour avoir le catalogue le plus large possible, mais il faut quand même faire des choix.
Je préfère investir dans du stock et de nouvelles références plutôt que dans du matériel autre, tel du matériel de photo plus pro. Pour tout ça je verrais pas la suite quand j'aurais atteint une certaine taille.

 

Justement à propos de photo,  tu réalises toi-même tes photos de produits ?

Oui, mais j'y passe du temps, et je conseille de vraiment maitriser Photoshop pour faire des retouches et avoir un résultat impecable. Sinon, on peut toujours utiliser des services comme Youphoto pour sous-traiter le détourage si on a beaucoup de produits.

 

Par rapport à ton expérience, quels conseils pourrais-tu donner à ceux qui souhaitent se lancer dans l'e-commerce ou dans un projet Internet ?

Dans les deux cas mon meilleur conseil serait de ne pas se lancer pour faire quelque chose comme tout le monde, de ne pas copier ce qui existe déjà, mais de se démarquer d'une façon ou d'une autre. Se démarquer ne veut pas forcément dire vendre quelque chose qui ne se vend pas encore, mais se positionner différemment, et surtout autrement que sur le prix. Ca peut être en étant généraliste sur un type de produits (ce que j'ai fait avec Rueduparapluie.fr), un thème, en se positionnant sur un service amélioré, etc...

Et surtout de bien faire attention aux moyens, financiers et humains, à déployer pour atteindre son but.

 

Quelles sont les prochaines évolutions prévues pour tes sites ?

Je viens juste de finir une refonte du design et un travail sur l'ergonomie, je continue avec l'implémentation de nouvelles fonctionnalités (surtout les avis clients, les microformats...), le chantier est vaste !

Un site n'est jamais fini, je vais tenter de l'améliorer par petites touches et à coup de tests, pour toujours mieux transformer, vendre plus.

 

Comment envisages-tu l'avenir, l'évolution du marché ?

Je vais passer en société d'ici la fin de l'année, continuer à faire grandir Rueduparapluie.fr tout en lançant 2 autres sites e-commerce.

L'un va bientôt officiellement sortir si tout va bien, enfin si ma conseillère à la banque daigne me répondre, pour l'autre j'ai déjà le produit, le nom de domaine (réservé), me reste le temps et les moyens financiers à débloquer pour le mettre en route. Mais il ne sera probablement lancé que l'année prochaine en étant réaliste.

Si je vois plus loin, j'ai un projet ou objectif à long terme avec un peu plus de sites internet (5 ou 6 au total) avec pourquoi pas l'ouverture d'une boutique en dur. Mais là je regarde loin, trop loin pour le moment.

Concernant le marché même si le parapluie n'est pas un accessoire qu'on change tous les mois il existera toujours à mon avis, du moins je l'espère.

 

Quels sites Internet utilises-tu le plus souvent ?

Je surf et participe pas mal à des forums, notamment Forum-marketing.com et Forum-e-commerce.com qui répondent à mes problématiques, ainsi que pas mal de blogs sur les thèmes du marketing, du e-commerce, de la rédaction/copywriting.

Merci Nicolas !

 

En conclusion de cet échange avec Nicolas, je retiendrai 5 points importants pour se lancer dans l'aventure du e-commerce et maximiser ses chances de réussite :

1. Essayez de vous lancer sur un marché de niche car la concurrence y est moindre.

2. Trouvez un produit avec des marges importantes, à partir de 30 % c'est très bien. Ca permet de dégager rapidement de l'argent sans nécessiter un volume de ventes monstrueux, volume que vous n'aurez jamais après seulement quelques mois d'activité (à moins d'investir 30 000 euros en Adwords...).

3. Le choix de la bonne solution technique pour créer votre boutique est essentiel pour la pérénité de votre activité. Selon votre budget, vos compétences, ou votre temps disponible, les caractéristiques prioritaires de votre plateforme e-commerce ne seront pas les mêmes. Par exemple, un développeur dans l'âme préfera une solution open source pour mettre les mains dans le cambouis et avoir le contrôle sur tout, alors qu'un novice aura plutôt intérêt à s'orienter vers une platefome SaaS pour se simplifier la vie sur la gestion de sa boutique. Cela va fortement influencer votre organisation au quotidien.

4. Ne croyez pas que vous allez pouvoir tout faire vous-même, correctement. C'est impossible. Préparez-vous à sous-traiter certaines tâches techniques pour lesquelles vous n'avez pas les compétences suffisantes, ou des taches chronophages, pour vous consacrer à des choses que vous savez bien faire et aussi essentielles pour votre activité.

5. Gérer un site d'ecommerce est un travail à plein temps, voire plus...  donc ne sous-estimez pas le travail qui vous attend.

6. Il faut des capitaux pour espérer connaitre un développement rapide. Comment croyez-vous que vous allez financer un élargissement de gamme au niveau du stock, une prestation de référencement, la sous-traitance de certains travaux, le marketing pour trouver plus de clients, ou simplement payer vos factures personnelles en attendant d'être rentable ? Si vous êtes pressé et que vous avez de l'argent pour booster votre activité, c'est super, mais si vous en avez peu (moins de 15 000 euros pour la première année), il faudra être patient pour vous développer à votre rythme, et il faut bien vivre en attendant la fortune...

13:46 Publié dans Témoignages d'e-commerçants | Lien permanent | Commentaires (17) | | | |  Imprimer

Commentaires

Merci pour cet interview très intéressant !

Yan.k    03 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Aaaaah comment t'as fait pour trouver ma photo ? C'est malin maintenant je vais devoir sortir de mon anonymat :)

Sinon j'adore ta conclusion, 5 points importants numérotés de 1 à 6 ;)

Merci pour cette interview en tout cas, on rediscute quand tu veux.

Nico    03 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Oui j'ai galéré pour trouver ta photo mais Facebook est ton meilleur ami pour ça... ;-)
Si tu as mieux, tu peux me l'envoyer.

bon OK... , il y a 6 points finalement, je me suis dit "allez hop, allons y gaiement, un conseil de plus ou de moins, ca ne fera de mal à personne" ;-)

Ludovic Passamonti    03 juin 2010

7è conseil : protéger son identité numérique, on a vite fait de se retrouver sur le net ! :-)

Pour la photo non, pas mieux... Facebook est mon meilleur ennemi :-D
Ceci dit tu aurais pu te tromper avec un homonyme qui se place avant moi, mais bon un ado qui joue de la batterie c'était peu probable il est vrai.

Nico    03 juin 2010 Répondre à ce commentaire

bravo nico ! belle interview et belles boutiques pour ceux qui ne connaissent pas encore.
mes prochains parapluies c'est chez lui
(s'ils résistent au mistral et sont personnalisables avec une photo ) !!

francois    03 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Je decouvre le blog e-commerce de Ludovic Passamonti a l'occasion de cette brilliante interview de Nicolas Bucaille.

Nico ("Ptibuc" sur les forums) m'a aide et guide a mes debuts. Je retrouve ici ses conseils bienveillants que je regrette de n'avoir suivi qu'en partie.

En effet, je me suis lance dans la realisation d'une boutique sans faire appel a Prestashop ou a un script open source. Un an apres, je suis toujours dans mes lignes de code...

harold    03 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Dans les conseils, je rajouterais également : aimer/s'intéresser à ce qu'on vend !
Ça paraît bête mais souvent des commerciaux aguerris veulent se lancer dans un projet e-commerce en pensant avoir trouver une niche prometteuse, mais sans y connaître les produits et sans s'y intéresser vraiment. Et dans certains moments tendus de l'activité, où les acheteurs se font rare et les fournisseurs demandent plus, ils ne faut pas craquer et bien connaître son marché.

Agence web Wype    04 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Et pas de soucis du fait de l'utilisation d'un domaine en "rue du..." ?

François    05 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Tu veux dire par rapport à Rueducommerce qui a déposé plein de domaines en Ruede... ?

Ludovic Passamonti    05 juin 2010

oui, j'ai croisé des gens qui en ont eu

François    05 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Chouette interview !
Je trouve ça très bien d'avoir 2 boutiques sur le même thème. Même si ça peut faire deux fois plus de boulot, ça peut permettre d'éviter d'avoir des concurrents en plus sur le marché et d'essayer de reléguer les concurrents dans les profondeurs des résultats de Mr Google.


Good Luck
Erwan

Good Luck Ecommerce    07 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Une interview positive et un e-commerçant bien symphatique ! A noter que sur rueduparapluie.fr s'y trouve un choix de plus en plus large.Le parapluie était d'ailleurs à mon adolescence un accessoire de mode très prisé.

sylvie    08 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Et bien merci pour les félicitations :)

@François : non pas de soucis avec ce nom de domaine. De toute façon ils peuvent faire ce qu'ils veulent ce nom n'était pas protégé, et ceux qui ont eu des problèmes avec RDC ont généralement gagné contre eux.

Nico    08 juin 2010 Répondre à ce commentaire

JE reconnais bien là la maturité de Nicolas...Indispensable pour passer le cap de la première année !

Karin    08 juin 2010 Répondre à ce commentaire

Très bonne interview de Nicolas. (un collègue wizishopien)
Je retiens :
- De bons principes/méthodes (capital pour réussir.)
l'importance de la sous-traitance de certaines tâches... (on ne peux et sais pas tout faire).
- De l'humilité toujours, apprendre sans cesse, la tête sur les épaules et les deux pieds dans la réalité !

Et j'ajouterai ne pas faire ce que l'on ne comprend pas. (bon gros sens paysan)

Cédric    28 juillet 2010 Répondre à ce commentaire

Pour un site ouvert seulement depuis octobre 2009, le CA est plus qu'honorable, et en plus le business est déjà rentable ! Congratulations !

Al Bundy    05 septembre 2010 Répondre à ce commentaire

J'ai parcouru votre Blog,
Il n'est pas fait référence à la "marge ou revenu" dégagés par unité de temps travaillé.
Ce que décrit votre interlocuteur est très intéressant mais quel temps consacre-t-il à son affaire.
Dans la mesure où la journée ne fait pas plus de 24h et qu'il n'y a que 365 jours par an il est toujours possible d'estimer le temps nécessaire à l'activité de production.
On ne peut pas comparer deux affaires avec la même marge si on ne connait pas le temps nécessaire pour les faire fonctionner.

LARTIGUE    09 septembre 2014 Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.