Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignage e-commerçant : Letiroiracollants.com par Camille Huvier

10 février 2011Commentaires (20)

Image 2.pngReprise des interviews d'e-commerçants ! Pour la 1ère de l'année, je vous présente Camille, créatrice et gérante de la boutique en ligne Letiroiracollants.com.

Une belle réussite, puisqu'en à peine 8 mois, Camille vient chatouiller les leaders du secteur sur leurs plate-bandes. Elle se donne les moyens, elle a un petit secret (vous allez voir, il fallait y penser !), mais ce n'est pas simple tous les jours, et elle nous explique cela en toute transparence.


Bonjour Camille, quel parcours avez-vous eu avant de faire du e-commerce ?

Camille-du-Tiroir.jpgIl y a 3 ans, je suis sortie de la fac avec un master Protection de l’Environnement dans la poche. Pendant deux ans, j’ai cherché du travail et puis il y a un an, j’en ai eu raz le bol, je me suis lancé dans le e-Commerce « en attendant ». Et puis je me suis prise au jeu, je me suis rendu compte qu’il m’était tout à fait possible d’en vivre et aujourd’hui, ma boutique, c’est mon activité principale !

 

Que propose votre boutique en ligne ? 

Le Tiroir à Collants propose des collants fantaisie et autres legwears colorés : des jambières, des bas, des chaussettes, des leggings, des guêtres … Pour hommes, femmes et enfants.

La boutique a été lancée il y a un an. Mais le temps de tout mettre en place, elle n’a commencé à être visible qu’à partir de juillet-août 2010.
Mes clients sont majoritairement des clientes ! Un quart de mes clients sont des hommes qui veulent offrir des collants, ou en porter eux même.

letiroiracollants.jpg

 

Comment vous est venue l’idée de vendre sur internet ?

Mon mari a monté l’agence web Inside Créations. Du coup, lorsque l’idée de vendre des collants colorés m’est venue, il m’a proposé les services d’Inside pour vendre sur internet. Au moment de me lancer, j’ai cru (à tord !) que vendre sur internet se résumait à préparer des commandes et que je pourrais m’y consacré quelques heures par jour. Depuis je me suis rendu compte de mon erreur !

En fait, je n’imaginais pas devenir rédactrice à mi-temps, devoir gérer les relations clients (je pensais qu'internet m'isolerait alors que la distance pousse les gens à entrer en contact, ne serait-ce pour savoir à qui ils donnent des sous) et à devoir m'engueuler avec mes fournisseurs parce qu'un lot est défectueux et que je le reçois juste avant la période des fêtes.

 

Quels sont vos points forts sur votre marché ?

L’originalité des legwears que le Tiroir à Collants propose me permet de faire la différence avec les autres vendeurs de legwears. D’autre part, je mets un point d’honneur à être proche et réactive vis-à-vis de ma clientèle. Je propose du conseil pour assortir ses collants, pour choisir un cadeau de St Valentin ou d’anniversaire …

Avec le Tiroir à Collants, j’ai découvert la science qu’est le référencement ! J'essai de mettre plus de moyens que mes concurrents au niveau du référencement & du netlinking, et ça marche. J'arrive à détrôner des poids lourds du legwear sur des expressions clés importantes.

J'ai aussi mis en place une politique tarifaire très avantageuse. En temps que consommatrice, j'ai toujours trouvé que les collants colorés coûtaient trop chers. Je choisis donc le meilleur rapport qualité/prix pour mes client(e)s.

 

Comment avez-vous choisi la solution e-commerce de votre site ?

J'ai fait des tests sous Magento et Prestashop. Après plusieurs jours d'essais, j’ai préféré Prestashop que j’ai trouvé plus intuitif. J'avoue qu'il m'a aussi été recommandé par une majorité de professionnels du web.

Ma toute première impression sur Magento, ça a été "c'est bordelique"  ... Je suis consciente que ce n'est pas très important, mais pour moi qui n'avais pas l'habitude de manier ce type d'outil, ça l'était ! Je trouve que l'interface de gestion de Prestashop est plus visuelle et intuitive celle de Magento.  Du coup, au début, ça m'a beaucoup aidé à m'y retrouver.

Il y a aussi le grand nombre de modules gratuits disponibles sous Prestashop, ainsi que la taille de sa communauté qui ont été des éléments rassurants.

Et enfin, j'ai pris en compte l'avis de graphistes et de développeurs qui m'ont expliqué que la structure de Prestashop est plus facile à manier. Bref ça n'a pas fait un pli !

 

Comment avez-vous travaillé pour créer votre site ? 

N’ayant strictement aucune connaissance en matière de création de site web, j’ai travaillé en collaboration étroite avec l'agence Inside Créations. J’ai apporté mes idées et mon univers, Inside Créations les a mis en œuvre techniquement et graphiquement.

 

Quelles difficultés avez-vous rencontré ?

Comme je ne suis pas du tout commerciale à la base, au début de l’aventure je n’avais pas de « bonnes pratiques de vente ». Par exemple, la toute première fois qu’une cliente m’a écrit pour me demander conseil avant d’acheter, je lui ai répondu sans glisser la moindre URL vers le site dans mon email ! Au fur et à mesure de mes échanges avec mes clientes, j’ai « attrapé » les bons réflexes.

La Poste a été une grosse source de problème. J’ai eu quelques colis visités et certaines commandes sont arrivées incomplètes. Ça m’a appris à réagir correctement face aux clientes très mécontentes !

 

Etes-vous rentable au pont de vivre de cette activité uniquement ?

Après 8 mois d’activité, j’ai pu me dégager un petit salaire (l’été n’étant pas propice à la vente de collants). Je ne peux pas encore me payer les voyages dont je rêve, mais en temps que shopping addict, j’ai pu faire les soldes dignement !

 

Pouvez-vous nous donner des chiffres ?

Le site capte en moyenne 260 visiteurs uniques/jour, pour un taux de conversion de 1,3%, ce qui donne 90 commandes/mois. Au final, le site génère 2 400€ de CA/mois.

… je me sens toute nue !

 

Pas mal, et les charges ? Il y a un secret ?

Je n’ai pas de frais de gestion, pas de frais liés au site web, communication et référencement, et pas non plus de charges (je suis auto-entrepreneur, avec tous les avantages et les inconvénients de ce statut).

Donc en gros, je dois juste renouveler mes stocks.

Si secret il y a, c'est d'avoir un mari dans le web !

 

Par rapport à votre expérience, quels conseils pourriez-vous donner à ceux qui souhaitent se lancer dans l’e-commerce ?

Perso, ça m’a sorti de la spirale (m*rdique) du chômage donc comme tous ceux qui l’ont déjà fait, je conseille de se lancer ! Facile à dire hein ?

Plus sérieusement, je pense qu’il faut avoir à l’esprit que c’est une activité extrêmement chronophage. Donc à mon sens, c’est une activité complémentaire peu intéressante, mais bel et bien un emploi à part entière. Je pense que pour qu’un e-commerce soit viable, il faut travailler dessus au minimum à mi-temps .

 

Comment envisagez-vous l’avenir pour votre activité sur internet ?

En rose !

Je veux d’abord imaginer, dessiner et faire fabriquer mes propres collants. C’est mon objectif depuis le début du Tiroir à Collants.

Ensuite je tiens à générer de l’emploi parce que le chômage est une plaie psychologique et économique !

Enfin, je pense me lancer dans un second e-commerce pour compenser la baisse des ventes de collants en été.

Merci Camille !

 

Ce que je retiens de l'expérience de Camille :

  • Ce n'est pas parce que l'e-commerce est un mode d'achat à distance, qu'il n'y a pas de relation avec les clients. Cela reste avant tout du commerce au sens large du terme, et il faut avoir les bons réflexes, le bon état d'esprit qui va avec.
  • La qualité du back-office de la solution e-commerce est très important pour un novice. Il faut pouvoir prendre ses repères facilement, et l'ensemble doit être fonctionnel pour une bonne effiacité dans la gestion du site au quotidien.
  • Avec des produits originaux ou uniques, qui répondent à un besoin bien identifié, une bonne politique de prix, du relationnel, et un sacré apprentisage en SEO, il est encore possible de tailler des croupières à quelques leaders d'un secteur. Jusqu'à ce qu'ils se réveillent...
  • Quand on porte un minimum d'ambition sur son projet e-commerce, il ne faut pas faire les choses à moitié. Il faut y passer le temps nécessaire, souvent beaucoup plus qu'on ne l'imagine. Je vois trop d'e-commerçants qui se lancent et sous-estiment complètement le travail qui les attends.
  • Et enfin, en exclusivité pour ces mesdames, le secret ultime d'un bon démarrage dans l'e-commerce : choisissez un prétendant qui travaille dans l'e-commerce, et épousez-le ;-)

PS : Je ne suis pas libre... :-)

12:35 Publié dans Témoignages d'e-commerçants | Lien permanent | Commentaires (20) | | | |  Imprimer

Commentaires

Pas mal le petit secret de Camille :)

Benjamin    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

Haaa c'etait donc ça le secret ?

Bon mais sinon il ne peut pas y avoir un PS2 avec la liste de tes collègues qui eux le seraient? ... à toutes fins utiles ;-)

Sandra    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

Tiens, c'est pas bête ça !

Créer un site de rencontre entre pro du e-commerce masculins et futures e-commerçantes célibataires.

Ou comment joindre l'utile à l'agréable ! lol

Bon les gars, y'en a qui veulent se porter candidat pour Sandra ???

Ludovic    10 février 2011

ça marche dans les deux sens non ? voir les 4 sens ...
Sinon le mari-objet le prend bien :)

Samy    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

Je suis en train de préparer ma boutique en ligne et je suis contente et rassurée de voir que des "petits" peuvent encore espérer sortir du lot avec beaucoup de persévérance et de travail.
Car si j'ai très peu d'argent pour lancer ma boutique et investir en marketing, j'ai par contre beaucoup de temps libre à y consacrer, pour me former, et c'est important de savoir que l'on peut espérer des résultats intéressants en moins d'un an.

Merci pour ce témoignage réaliste qui permet de garder les pieds sur terre, de ne pas se décourager à la première difficulté. Merci Ludovic pour tous les bons conseils que j'ai trouvé dans ton blog.

Karine, future e-commerçante

Karine    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

Joli démarrage !
J'aime beaucoup les photos produits, qui sont pour le coup très bien intégrées au site. Bon courage pour la suite !

sylvain    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

Sympa l'interview, super positive ... ca fait du bien ;)

Christoph.    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

Oui ça fait du bien, un e-commerce qui fonctionne, avec une bonne solution technique (je suis aussi sur presta pour mes clients boutiques), une offre produit intéressante, un bon design et en plus un bon état d'esprit)
C'est un excellent exemple à suivre.
Ça encourage à continuer de développer des petites solutions simples pour les e-commerçants qui démarrent.
Il n'y aura pas de la place pour tout le monde, mais certains y arriveront si ils font les bons choix au départ (techniques,commerciaux et graphiques)

Bonne continuation à tous et merci pour cet article qui donne le sourire.
(moitié d'un couple web également)

LBEL    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

A signaler que l'affichage est d'une rapidité étonnante. Un gros point pour la conversion !

Félicitations Camille.

Georges@Bitbol    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

Très bon interview. A quelques phrases près, j'aurais pu formuler les mêmes réponses :)

Tous mes vœux de réussite Camille

Doha    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

Le témoignage est très sympa, mais il ne faut pas croire que c'est facile et que tout le monde peut le faire. Il faut y consacrer du temps (beaucoup) un certain budget (quand même), et avoir un bon sens de l'organisation et des priorités.

Lingerie by Yannick    10 février 2011 Répondre à ce commentaire

OUi, il serait intéressant d'avoir une idée du budget et du temps avant mise en production. Je pense que beaucoup de personnes croient qu'avec 2000 euros et en 2 semaines, tout est lancé.

Georges@Bitbol    11 février 2011 Répondre à ce commentaire

La réussite d'un projet n'est pas forcement liée au budget, mais il y a des paliers à franchir. Il est clair qu'avec 2000€ on n'atteint même pas le stade de bricolage.
Question développement et graphisme, le tout c'est de trouver le bon Prestataire, ça ne coûte pas forcement une fortune. Mais c'est le référencement/netlinking et le Webmarketing qui sont coûteux.

J'ai envie de dire que la réussite d'un e-commerce dépend avant tout de la polyvalence de l'e-commerçant et de ses partenaires. Fournisseurs, logistique, relation client … Des domaines et des univers complètement différents auxquels il faut très rapidement s'adapter.

Beaucoup de marchands, se retrouvant devant un grossiste, peinent à négocier. La situation de marchandage (le même marchandage que j'ai vu dans les souks d'Alger) leur parait complètement à l'opposé de ce qu'ils s'imaginaient en créant une boutique en ligne. Pourtant, il faut bien faire baisser les prix lorsque cela est possible.

J'ai aussi remarqué que beaucoup d'entrepreneurs qui se lancent dans le e-commerce attendent de leurs prestataires qu'ils fassent tout le travail, pensant qu'eux n'auront qu'à aller poster leur colis, et à encaisser les zeuros. Or, si l'e-commerçant ne porte pas le projet, et qu'il ne profite pas de ses Prestataire pour se former un maximum, et dans un maximum de domaines, il ne pourra jamais voler de ses propres ailes. Les prestataires doivent rester un complément à une forte volonté de réussir. Et ce quel que soit le domaine d'activité (rien ne se vend mais tout s'achète cf. J.Brel :) )

@Yannick : bon résumé, on sent le vécu :)
@Georges : pour la rapidité d'affichage, merci dedibox et Johan, le plombier du serveur ;)

Samy    11 février 2011 Répondre à ce commentaire

@Samy : J'appellerais Johan quand j'aurais une fuite ;)

Georges@Bitbol    11 février 2011 Répondre à ce commentaire

@Georges : pas de souci, en plus il a une caisse à outs qui en jette ! ^^

Samy    11 février 2011 Répondre à ce commentaire

On a enfin trouvé le site sur lequel le gars en collant vert achète ses collants !

En tous cas je trouve le projet "sain" : un Prestashop avec une agence derrière (et des prix d'ami !), une jolie idée de marché de niche, du recul sur le métier d'ecommerçant appris sur le tas.

Un petit bémol sur la charte (à considérer comme une suggestion) : un mélange de fontes qui ne s'accordent pas, un usage excessif du gras, une palette de couleurs à revoir. C'est dommage, une approche de graphiste valoriserait beaucoup ce joli projet.

Autre chose : le zoom au survol gagnerait à être agrandi (on dispose de plein d'espace), mais les photos sont un peu petites pour ça peut être... le sélecteur de coloris devrait être placé différemment (il est recouvert par le zoom) et surtout attention car le zoom est buggé (Safari / Firefox), au clic sur les différentes vues du produit ça ne fonctionne pas.
Je ne serais pas surpris de voir le taux de conversion monter, ça pourrait permettre de faire encore plus les soldes :)

Longue vie au tiroir à collants

François    12 février 2011 Répondre à ce commentaire

Et bien merci françois pour toutes ces suggestions. Certaines étaient déjà dans le tiroir "taches à accomplir" ^^. Le site fait actuellement peau neuve niveau listing des produits, polices de caractères, certains points de la navigation (propositions de produits similaires ...). Bref, nous sommes conscients qu'il y a encore du boulot !

Excessif is relatif, SEO is incontournable :)
Merci pour le bug (enfin pour l'avoir signalé).
Je découvre rentashop ;)

Samy    12 février 2011 Répondre à ce commentaire

Mes félicitations à Camille. Son témoignage me fait sourire car mon épouse et moi-même avons exactement le même mode de fonctionnement avec notre boutique de vêtements bébé contre-tendance (là aussi, un marché de niche), et nous avons nous aussi choisi Prestashop pour sa flexibilité et facilité d'accès tant au niveau back-office que poru la personnalisation technique et graphique.

C'est sûr qu'avoir un mari qui possède une agence web, ca aide ;-)

Longue vie à Letiroiracollants.com.

David Niry    17 février 2011 Répondre à ce commentaire

Ce site était sympa la dernière fois que je suis passé. Il semblerait qu'il est des souci de dns.
Existe il encore ??

wilfried - formation management    06 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Oui il existe encore, et il n'est pas prêt de disparaître :)

Samy    06 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.