Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rapprochement Oxatis / Actinic : entretien avec Marc Schillaci, PDG d’Oxatis

28 juin 2011

Image 3.png

Retour sur une actualité chaude pour les solutions e-commerce en SaaS la semaine dernière. Oxatis prend une nouvelle longueur d'avance en annoncant un partenariat stratégique avec Actinic, leader des solutions e-commerce au Royaume-Uni. Vous pouvez télécharger le communiqué de presse officiel.

Avoir une entreprise française dans ce domaine qui se donne les moyens de réussir l’aventure outre-manche est suffisant rare pour que j’essaye d’en savoir un peu plus. J’ai donc demandé à Marc, PDG d’Oxatis, de m’accorder un peu de son précieux temps pour m’expliquer sa stratégie de développement, et les conséquences pour les clients français.


Bonjour Marc,

Quelle place occupe Actinic sur le marché des solutions e-commerce au Royaume-uni ?  Il est question d’un « leader » dans le CP officiel, mais c’est quoi un leader la-bas ?

Actinic est un leader sur plusieurs points :

  • Au niveau historique d’une part, puisque la société existe depuis 1996, édite des solutions e-commerce pour les entreprises depuis cette époque, et fut la 1ère entreprise du secteur à être cotée en bourse en Europe.
  • C’est un leader au niveau de la notoriété, puisque Actinic est une marque très connue au Royaume-uni. Cette notoriété va même outre-atlantique car je connaissais déjà leur nom quand je vivais aux Etats-Unis dans les années 90.
  • Enfin, ce sont les leaders en nombre de clients, avec plus de 11 000 boutiques actives, c’est-à-dire des boutiques qui génèrent au moins 1 transaction par semaine. Nous avons travaillé avec un auditeur indépendant pour certifier ce chiffre.



Effectivement, c’est une belle référence !
Pourtant, dans LeMondeInformatique.fr, tu déclares « Comme beaucoup d'entreprises présentes très tôt sur le marché des logiciels de création de sites marchands, Actinic n'a pas cru à l'importance du SaaS. »
Comment est-ce possible d’ignorer le développement du SaaS quand on travaille dans l’édition du logiciel  ? Tu es certain d’avoir misé sur la bonne entreprise là ? 

Justement, cette différence fondamentale fait tout l’intérêt du rapprochement avec Oxatis.

Actinic a un fort savoir-faire dans les solutions e-commerce sur un mode de fonctionnement qui est différent, mais complémentaire au notre.

Racheter une entreprise avec un modèle économique identique n’a aucun intérêt car il n’y aurai pas eu de création de valeur. En effet, il aurai fallu faire un choix entre l’une des 2 technologies sur laquelle baser le développement de la structure commune. Avec Actinic, nous allons pouvoir valoriser les actifs des 2 entreprises chacune dans notre domaine, et mettre nos forces en commun sur le développement de l’offre SaaS.


il me semble qu'Actinic a aussi une petite offre SaaS, mais il est question qu’Oxatis devienne l’unique technologie pour les 2 entités…

En fait, les 11 000 clients d’Actinic ne sont pas tous sur une solution hébergée. Les clients SaaS feront obligatoirement cette migration car la solution Oxatis offre de nombreux avantages par rapport à leur solution actuelle. Pour les autres, seuls les clients qui le voudront pourront migrer vers notre technologie.
Nous continuerons à offrir aux clients actuels d’Actinic des nouvelles versions du software e-Commerce.

  

Le marché du e-commerce britannique a une longueur d’avance sur la marché français. Comment vas tu gérer cela au niveau de la plateforme Oxatis ?  Est-ce qu’il va y avoir des répercussions pour les clients français ?

C’est vrai qu’il y a des différences économiques et culturelles importantes, mais cela va justement devenir une force pour nous, et un avantage pour nos clients.

Les anglo-saxons sont plus pragmatiques, plus orientés « résultat », plus tournés vers l’efficacité. Par exemple, ils sont très attachés aux outils qui permettent le suivi des commandes, ou la commande au téléphone.

Les français sont plus axés sur l’apparence de leur boutique, le côté « façade ».

Nous allons donc améliorer notre plateforme pour nous adapter à certaines exigences du marché UK, et nous en feront profiter naturellement nos client français. Il n’y a aura pas une plateforme Oxatis pour la France et une plateforme pour le Royaume-uni. Tout le monde aura le meilleur des deux.

 

Et après Actinic ? Oxatis regarde de quel côté ? Les USA ?


D’abord, il va falloir assurer l’exécution de notre stratégie de développement au Royaume-Uni, ce qui va nous occuper quelques années. Mais, dans notre domaine, ça va très vite, donc oui, il faut déjà penser à un horizon d’1 an.

Pour les USA, cela ne nous intéresse pas pour le moment. Le risque est trop important par rapport au bénéfice. Quand on va aux USA, il faut un « différenciateur unique » pour ne pas se noyer dans un budget marketing monstrueux, nous ne l’avons pas par rapport aux leaders US.

Nous pensons plutôt continuer en Europe qui est un marché éclaté et très difficile à pénétrer pour les américains. Sur les marchés matures, le développement passera plutôt par un rachat. Sur les marché immatures, il n’y a rien a racheter ! Donc il vaut mieux se lancer en créant une équipe sur place.

 

Merci Marc !

09:27 Publié dans Actualité e-commerce, Reflexions sur l'e-commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.