Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Magento Go, c’est parti pour la version hébergée de Magento !

03 mars 2011Commentaires (38)

magento go.jpg

Nous l’attendions avec impatience depuis plusieurs mois, Varien a enfin lancé la semaine dernière son offre hébergée de Magento, destinée aux petites et moyennes boutiques, baptisée sobrement et efficacement Magento Go.  

Avec cette nouvelle mouture en Service as a Sofware (SaaS), plus de logiciel à installer et à configurer, plus de serveurs à gérer. La puissance de la plateforme e-commerce Magento devient accessible à tous, sans nécessité de connaissances techniques.

Faisons un petit tour du propriétaire.


Magento pousse le côté self-service au maximum

La création d’un compte gratuit de 30 jours se fait en 10 secondes, et l'accompagnement est bien pensé.

On me propose immédiatement le téléchargement d’un manuel d’utilisation très complet (260 pages !) pour prendre en main la moindre fonctionnalité de la solution. Téléchargez le guide d'utilisation en cliquant dessus.

Image 2.png

Je suis aussi guidé dans les étapes de configuration successives de ma boutique afin de la rendre techniquement opérationnelle en quelques minutes.

Image 3.png

 

Périmètre fonctionnel

La quantité de fonctionnalités natives est clairement la grande force de Magento Go (la liste complète est disponible ici). Peu de solution de boutique en ligne françaises en Saas (voire aucune ?) offre ce que Magento Go met à la disposition de tous.

L'organisation des fonctionnalités dans l'interface d'administration

menu-magentogo.jpg

On comprend vite que la puissance de Magento n’a pas été sacrifiée pour en faire un produit d’appel basique.

 

Au niveau du back office

Le back-office est déjà traduit en Français à 80%. Il reste encore des pages non traduites notamment dans la partie Gestion du catalogue, mais ce n’est pas bloquant pour commencer à se servir de Magento Go.

L’interface d’administration est la même que celle des autres versions de Magento : sobre, et bien organisée. Mais la quantité de fonctionnalités nécessite un temps d'apprentissage pour s'y retrouver facilement.

L'administration très complète d'une fiche produit

Gérer-produits-Magento.jpg

Personnalisation graphique

6 thème graphiques sont proposés par défaut, tous très pro, et adapté au e-commerce.

Editeur-themes-Magento1.jpg

Pour ceux qui veulent aller bidouiller les feuilles de style, un éditeur CSS complet permet de modifier tous les attributs des textes, des liens, le fond du site, les titres, le header et le footer.

Ultime possibilité, celle de créer directement sa propre feuille de style à partir des fichiers mis à disposition.

 

Combien ça coûte ?

Le modèle économique est basé sur un abonnement mensuel à partir de 15 USD/mois pour une boutique de 100 produits maximum et 200 m de stockage. Pas de frais de bande passante, pas de frais sur les transactions, pas de commission sur le CA, pas de frais d'installation. On ne peux pas faire plus clair.

Les offres supérieures permettent de couvrir les besoins d'e-commerçants avec des catalogues produits très fournis, tout en restant très abordable financièrement.

  • 25 USD/mois: 500 produits en catalogue, 500 mo de stockage.
  • 65 USD/mois : 1000 produits en catalogue, 800 mo de stockage.
  • 125 USD/mois : 10 000 produits en catalogue, 5GB de stockage.

Image 5.png

 

Magento Go, la Killer solution e-commerce en SaaS ?

Après avoir passé une bonne heure à trifouiller le back-office dans tous les sens et tester quelques fonctions sur ma boutique, ma première impression est que Magento Go met la barre très haut pour une solution SaaS.

Les éditeurs français ont du soucis à se faire car Magento frappe très fort, tant sur la richesse des fonctionnalités, que du point de vue des tarifs. Franchement, à moins de 50 euros/mois (pour l'offre à 65 USD) je ne vois pas qui, en France, propose mieux.

Les différents niveaux d'offres sont bien dimensionnées pour toucher toutes les tailles d'entreprise, et bien sûr, l'outil est à la hauteur de sa réputation.

J'attends avec impatience vos retours d'expérience si vous l'avez testé aussi. A mon avis, nous n'avons pas fini d'en entendre parler...

07:00 Publié dans Actualité e-commerce, Prestataires e-commerce | Lien permanent | Commentaires (38) | | | |  Imprimer

Commentaires

Wow, en effet, le rapport qualité/prestation/prix semble imbattable.

En prime : Rapidité d'installation, simplicité d'utilisation et usabilité !

Johanna    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

C'est énorme!!! Alors, qui a dit que Magento était dépassé par Prestashop? :-)

Matthieu - Blog business / Webmarketing / Management    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

hum hum, on a TOUS dit que Magento était dépassé par Prestashop ;)

garifuna    03 mars 2011

On reste quand même sur du template par défaut avec un accès à la CSS.

J'ai décidément du mal avec les offres SaaS.

Yoan    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Les offres SaaS pour le e-commerce j'entends.

Yoan    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Ah voilà du sérieux en terme de plateforme, reste à savoir ce que donnera le service derrière

François    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Après faut voir : si il y a une équipe en France, ça tient la route, mais si c'est pensé "à l'américaine" (c'est à dire sans tenir compte du fait qu'on soit en Europe), ben ça n'ira pas loin. Le gros défaut des américains c'est de croire qu'il suffit de transposer leur modèle ailleurs pour que ça marche

François    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Ludovic, face à ton enthousiasme je vais relativiser et défendre ma solution en attirant ton attention sur quelques points :
- fonctionnellement, c'est évidemment très complet. Mais par exemple 42Stores propose des fonctionnalités non présentes dans Magento Go : produits personnalisables à la commande (avec fichier), interface iPhone (admin et publique), personnalisation du thème en HTML (pas seulement CSS). Je n'ai pas vu de fonctionnalité B2B non plus dans la liste des fonctionnalités de Magento GO.
- qu'en est-il des paiements français ? Pas vu ATOS dans la liste... (sans compter les 10 autres modes utilisés par d'autres banques, évidemment)
- en parlant de documentation, le guide démarrage est bien ... mais 260 pages en anglais, cela ne va pas arranger grand monde.

Il faudrait aussi creuser cette histoire de bande passante. Elle me parait bien faible. Combien coûtent les dépassements ? Certains de mes confrères factures lourdement la bande passante, ce qui alourdit considérablement la facture.

Sur l'offre à $65, on a 16Go de bande passante. Avec des pages de 500Ko, on arrive à 32000 pages par mois. A 7 pages par visiteurs en moyenne, nous sommes à 4500 visiteurs mois.... ce qui ne va quand même pas très loin, non ?

C'est ce que j'ai remarqué en 5 minutes, il y a probablement d'autres choses que l'on pourrait remarquer en étudiant de façon plus approfondie.

Et donc, non, il n'y a toujours pas de "meilleure solution ecommerce"

Olivier / 42Stores    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

@françois : c'est vrai que s'il suffisait de traduire une solution e-commerce en français pour que ca marche, le marché serait vite saturé !

Pour le côté service, il me semble que cela pourrai tout à fait rester dans le giron de prestataires qui proposeront Magento Go à leurs clients, comme le font déjà des nombreuses agences web sur d'autres solutions Saas du marché (cf les agences web partenaires d'Oxatis, ou de Kiubi).
Comme le souligne Yoan, le SaaS à ses limites, notamment sur la partie personnalisation du front office qui nécessitera toujours l'intervention de professionnels pour avoir un résultat vraiment pro.

Ludovic    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Disons que c'est une solution supplémentaire, sûrement utile pour un public particulier.

Comme le souligne Olivier, la solution ultime n'existe pas.

Yoan    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

En même temps 42 stores (Olivier)et Rentashop( François) qui seraient content que Magento viennent sur leur plate-bandes ça m'aurait étonné ;)
Niveau stratégie Magento essaye de faire un grand écart entre petit e-commerce en SaaS et gros E-commerce type websphere. Y'a un moment ou ils ne vont pas répondre a la bonne cible. Du coup merci pour l'info Ludo , je vais tester ça aujourd'hui !

Benoît | Info-ecommerce    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Oui, le contraire aurait été étonnant ;-)

C'est marrant, car la sortie de Magento Go n'est pas une actualité mineure pour le monde du e-commerce, et pourtant il n'y a eu aucun relai de l'info pour le moment en France.
A mon avis, les concurrents ne sont pas pressés que ça se sache...

Ludovic    03 mars 2011

@Olivier/42stores, @François

Youhouuu ils sont là !!! Le débat va enfin pouvoir démarrer ;-)

Évidemment que Magento Go n'est pas la solution idéale, mais mon propos est plutôt de dire que pour le prix, on trouve difficilement mieux...

Pour le dépassement de bande passante, j'ai trouvé l'information dans la FAQ du site :
Il y a une facturation complémentaire de 10 USD (7,2 euros) pour chaque pallier de 100Mb au dessus de ce qui est prévu dans le package choisi. Si le dépassements se produisent régulièrement, il suffit de passer au package supérieur.

"There is an overage charge of $10 for every 100MB of additional storage you use above the amount specified in your plan. Magento charges $10 per each Gigabyte of additional bandwidth used above the amount specified in your plan. If you are regularly exceeding the bandwidth or storage limits of your current plan, you can upgrade to a larger plan at any time."

Pour le paiement en ligne, il y a quand même Ogone et Paypal dans la boucle.

Enfin, je te rejoints sur le fait que le HTML des templates n'est pas accessibles, et que cela pourrai être une grosse faiblesse pour certain.
Mais je ne suis pas sûr que ça soit une priorité pour la cible visée (TPE/PME). Si c'est un besoin important du client, il y a fort à parier qu'il aura d'autres problématiques de personnalisation, et dans ce cas, autant regarder du côté de la version open source Magento Community.

Ludovic    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je suis tombé sur votre article tweeté par un ami.
je vais être honnête, je travaille pour Amen, bien que je ne vienne ici qu'à titre personnel. Nous développons nous-même des solutions e-Commerce (comme vous l'avez déjà évoqué dans vos précédents articles).

"Les éditeurs français ont du soucis à se faire car Magento frappe très fort, tant sur la richesse des fonctionnalités, que du point de vue des tarifs. Franchement, à moins de 50 euros/mois (pour l'offre à 65 USD) je ne vois pas qui, en France, propose mieux."
Je vous invite à aller voir nos offres - BIIIIIIP-

Enfin, pour tout ceux qui souhaiteraient développer leur boutique avec MagentoGO, sachez que les API des banques françaises ne sont pas listées sur leur site et qu'il vous faudra donc installer les API développées par ces banques pour pouvoir lier votre boutique à votre compte bancaire.

Chaque offre a ses avantages et ses inconvénients, celle d'Amen n'est certainement pas le meilleure au monde mais de là à dire que MagentoGO est la "killer solution", il y a un (grand) pas.

Ed    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Pour aller dans le sens de mon éminent confrère (Olivier) : LA solution SaaS (ou autre, au passage) n'existe pas, chacune ayant ses points fort et ses faiblesses. Bien sûr qu'il faut une équipe derrière, agence spécialisée de préférence, donc au final on peut en conclure quoi ? (haussement de l'épaule droite, un rien nerveuse..) Que pour obtenir un site "pro", il faut des pros derrière... depuis le jour ou nous avons lancé Rentashop, je me dis "il viendra bien un jour ou Google (par exemple) sortira la solution qui tue : hyper complète, fluide, efficace... and so what ? Donne une Mac Laren à feu ma grand mère, je ne pense pas qu'elle puisse passer le premier freinage en bout de ligne droite" d'ou la stratégie de Rentashop (et, pour en avoir parlé avec Olivier sur un salon, finalement celle de 42Store aussi) : coupler le service et les prestations à un outil performant et maîtrisé... former, éduquer, assister, réagir (vite et bien). Les solutions française sérieuses n'ont pas de soucis à se faire, ce nouvel arrivant sur le marché (à qui je souhaite bonne chance, soyons beaux joueurs) devra faire se preuves avec ses références et les résultats d'icelles ;)

François    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

J'aime votre analyse, il n'y a pas de solution parfaite pour tous les e-Commerçants, eBay reste une superbe offre pour les pros qui gagnent de l'argent avec!!!
Stop au dogme du "la solution que j'utilise est meilleur que toutes les autres que je ne connais pas"
Cordialement, AgenceSolution.com.

Agence Web Réunion    24 décembre 2011

Pour moi l'arrivé de Magento sur nos plate-bandes (comme l'exprime benoît) je ne vois pas ça du tout d'un mauvais œil.

Au contraire c'est une très bonne nouvelle pour deux raisons :
1) C'est une preuve supplémentaire que décidément le secteur est en pleine forme
2) Un challenger de plus ne peux que nous obliger a améliorer nos fonctionnalités et nos services

Mais il est vrai que le soucis de la solution Magento Go est qu'il n'est pas (encore?) bien adapté au marché Français en terme de fonctionnalités et d'interconnexion (so colissimo, banque, logisticien... )

René / WiziShop    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Je rejoins René là dessus, je pense qu'il y a du travail pour tout le monde.
Magento Go va répondre à une clientèle qui n'a pas suffisemment de connaissances pour gérer un hébergement ou rentrer en dure dans le code mais qui sera rassurée d'utiliser un open source parceque psychologiquement elle se sentira moins dépendante que si elle était sur une solution propriétaire.

David / Shop Application    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il faut creuser l'utilisation de cette solution pour la France. Existe-t-il aujourd'hui les modules cohérents pour le paiement, la livraison, la logistique, etc. Par exemple So Colissimo...
Après je pense que les gens vont se dire : "ouah, je peux avoir un Magento pour pas cher alors que tout le monde m'avait dit que c'était lourd et cher, super". A creuser donc pour voir ce qui est réellement proposé dans cette offre, ça peut être pas mal du tout.

Thierry Rousseau    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Encore un truc à tester.... !?! Et il faut changer de crêmerie!??

Effectivement c'est certainement moins cher et + simple qu'à installer la solution sur son propre hébergement (dédié!), mais si la cible est les "petites" boutiques, je ne vois pas bien l'intérêt d'aller prendre un prestataire américain, même accessible en 2 clics! A voir si la solution évolue pour le marché France/Euro... et si les autres vont rivaliser!
Mais cela indique aussi que s'ils font ça, c'est peut-être un peu par obligation!? Leur modèle jusqu'à présent n'était peut-être pas le bon!??
Il y a des multitudes de boutiques et de prestataires... mais c'est pas forcément signe de si bonne santé!?!! Le plus il y en a, le plus ce sera compliqué pour tout le monde...

yoyo    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

je pense surtout qu'ils peuvent se permettre d'être présents sur tous les fronts.
ça buzz, on parle de magento.

Même si au final la solution SaaS n'est pas vraiment le côté intéressant de Magento, les gens en parlent et vont en parler.

Yoan    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

C'est comme dans la nature : lorsqu'une espèce prolifère trop, y'a toujours la gentille bactérie ou le gentil virus qui se pointe pour réguler le système : plus il y aura de monde, plus ce sera dur pour tout le monde mais surtout pour les plus "faibles" du troupeau, donc au final ça fera juste le ménage et on pourra commencer à parler sérieusement, en attendant ça continue de bricoler :)

François    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

yoyo a écrit "Le plus il y en a, le plus ce sera compliqué pour tout le monde..."

Alors là je ne suis pas du tout d'accord !
La multitude de choix permet au futur e-commercant de choisir la bonne solution pour sa boutique. Une concurrence saine fait avancer les choses dans le bon sens.

René / WiziShop    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Je pense que le vrai danger pour les competiteurs francais viendra de la plateforme d'extensions MagentoGo Platform (qui doit etre lancee en avril/mai d'apres les gars de Magento). Ce sont les extensions (gratuites ou payantes) qui font de Magento un outil vraiment performant pour l'e-commerce. Si les fournisseurs d'extensions sur Magento developpent l'equivalent pour MagentoGo (c'est pas exactement dur...), MagentoGo deviendra un eco-systeme qui sera difficile a battre.

John    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

C'est surement une guerre frontale avec prestashop qui s'annonce sur les mois à Venir mais cela sera t il vraiement profitable pour les sociétés du web et les PME/PMI

creation site web    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Bonjour Ludovic

A voir, mon article, sous un angle différent du tient :
http://www.ziserman.com/blog/2011/03/03/strategie-magento-cest-moi-ou-quoi/

Sinon, je suis un peu septique pour l'instant par rapport à cette offre.

Pour bien connaitre Magento, je pense qu'elle n'est pas très adapté à du SAAS.

Personne ne veut une boutique basé sur un template tout fait...

ZISERMAN    03 mars 2011 Répondre à ce commentaire

J'ai vu ton article, je te ferai une commentaire demain sur ton article.

AMHA, le template "tout fait" n'est pas le fond du problème. Tu peux quand même personnaliser toute la charte avec la feuille de style, mettre ton logo, redesigner tous les boutons, etc...
Et cela semble déjà convenir à des milliers d'e-commerçants sur d'autres solutions SaaS françaises qui ont des templates que je qualifierai de particulièrement moches par rapport à ce que propose Magento Go.

Par contre, la "connexion" avec l'ecosystème e-commerce français (banque, logistique, solutions marketing, etc..) ça oui, c'est un point à surveiller.

Ludovic    03 mars 2011

je reste perplexe pour ce MagentoGo.
On prend Magento justement pour les raisons qui sont contraire au sas alors je ne comprends pas trop leur politique.
on verra ce que cela va donner.

Rodrigue    04 mars 2011 Répondre à ce commentaire

@David : une clientèle qui gère son hébergement et qui tape dans le code, j'appelle ça un informaticien, pas un e-commerçant. C'est pas leur boulot de taper dans le code, leur boulot c'est le commerce.

@René : je me permets de te pas d'accorder (premier groupe) en retour. Je ne parle pas du point de vue du client mais de celui des prestataires du marché, et tant qu'à faire sans langue de bois au pays des bisounours.

L'offre est déjà très confuse pour ceux qui veulent lancer leur projet, et comme ça a été dit il n'existe pas de solution "parfaite". Vous aviez fait du très bon travail chez Wizishop en 2008, lorsque vous aviez sorti votre comparatif des solutions ecommerce : c'était un état des lieux des principales solutions à un instant "T" et ça a très certainement beaucoup servi à ceux qui étaient à la recherche de la solution la mieux adaptée à leur projet. Aujourd'hui quels sont les moyens pour prendre LA bonne décision ?
Le salon du e-commerce ? Soyons sérieux... c'est la foire à Neuneu d'un côté, et le piège à gogos de l'autre. Un choix basé sur le prix de la licence ?

Houlà.. si la décision se joue sur 25, 50 ou 100 ou 150 euros par moi quand on rêve de se dégager un salaire à moyen terme voir de devenir millionnaire, c'est qu'on a rien compris au business, c'est pas avec une Dacia qu'on gagnera le Mans.

Un clic sur chaque pub Adwords et les 3 premiers liens de recherche ? C'est un peu léger non, comme démarche ? Tout au plus on aura le choix entre ceux qui ont le mieux travaillé du point de vue SEO et ceux qui occupent le terrain d'Adwords (si l'on excepte Oxatis, dont le positionnement sur Adwords se conçoit car ils sont leader en terme de nombre de boutiques hébergées, on y retrouve que des solutions... non, je ne vais pas le dire).

Dans ce cas le futur ex-e-commerçant est bien mal barré. Une vraie étude de marché pointue et en profondeur du point de vue des fonctionnalités et des services ? J'en sors (à suivre) : ce sont des semaines et des semaines de travail pour un spécialise des études de travail pour obtenir une vision qui sera de toutes façons obsolète dans 6 mois.

Reste quoi ? De mon point de vue la lecture des principaux blogs et forums qui traitent du sujet, les retours des utilisateurs des solutions visées, et certainement du flair, pas mal de flair... l'idéal serait d'être en mesure de qualifier la qualité du boulot en comparant les front office mais tout le monde n'a pas les cartes en main pour en juger, donc au final le porteur de projet se trouve face à la plus grande des confusions. Donc le choix, oui, la profusion, bof...
Ce que je voulais exprimer avec mes doigts et que je dis souvent avec ma bouche, c'est que du point de vue du client, ce marché c'est la jungle et ce n'est pas en multipliant les offres que ça va s'arranger. Que la concurrence soit "saine" ou pas ; encore faudrait-il définir ce que c'est que la concurrence "saine", moi j'ai mon idée mais je ne pense pas que tout le monde soit partant : il est grand temps qu'il y ait une charte ou un syndicat professionnel, les conséquences d'un mauvais choix peuvent être dramatiques, nous faisons assez de migrations vers Rentashop pour en être convaincus.

Sinon, pour contredire Yoan (faut croire que j'aime ça) : je ne pense pas, mais alors pas du tout, que Magento ait besoin de faire du "buzz" autour de cette offre hébergée, pour moi ça serait plutôt l'inverse. Je pense que le "nom" Magento est LE principal argument pour assoir la solution SaaS, au contraire. Vous noterez qu'il existe déjà en France plusieurs solutions qui tournent au USA prétendant motoriser des centaines voire des milliers de sites et qui ont été portées sur notre marché... vous connaissez des sites qui "réussissent" parmi les références de ceux là ? Moi je n'en connais pas.

Pour conclure on peut relancer le débat SaaS VS Open Source et en particulier Magento, il y a de quoi débattre même si le débat est faussé par la cohorte des fans, disciples, passionnés et autres convaincus (on trouve de tout en ce bas monde, des disciples de Steve Jobs aux adorateurs de Bill Gates...). Certes, on entendra encore et toujours des conneries du type "le problème des solutions SaaS c'est qu'on ne peux pas customiser le front office" (là il est temps de sortir un peu de sa chambre et en profiter pour aérer un chouille, ça sent la chaussette ;) ) mais je pense que le débat n'est pas là. Il s'agit plutôt, pour abonder dans le sens de François Ziserman, de se poser la question "on va ou avec des templates ?", de surenchérir sur Ludovic en rappelant qu'effectivement sans connexion avec l'écosystème français ça ne va nulle part non plus, et pour en remettre une couche "qu'est-ce que me propose la solution comme services couplés" ? Après ça on pourra tous lever notre petite pancarte (Magento 7 points, Magento séveune poigneteux), mais le juge de paix restera toujours la rentabilité pour le site marchand.

François    04 mars 2011 Répondre à ce commentaire

euh...

Vous avez vu le prix de la bande passante ???

"Magento charges $10 per each Gigabyte of additional bandwidth used above the amount specified in your plan. If you are regularly exceeding the bandwidth or storage limits of your current plan, you can upgrade to a larger plan at any time"

7,2 € LE GIGA !

A ce que je vois Magento est toujours aussi léger et peu gourmand en ressources...

François    04 mars 2011 Répondre à ce commentaire

En effet certains ont bien fait de relever les petits détails qui peuvent être gênant, cela reste tout de même une offre intéressante, sans être parfaite...
C'est quand même mieux d'avoir sa propre boutique et son hébergement.

John - Pack Graphique    04 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous,

Vous semblez tous très pros, capables de prendre en compte beaucoup de paramètres différents pour comparer Magento Go à d'autres solutions SaaS, et le SaaS à tout le reste.

Ma position est différente et complémentaire. J'ose donc un modeste commentaire. Moi je suis le pov' type pas expert du tout mais qui investi son blé perso et qui pensait jusque-là que Prestashop était la meilleure solution pour amorcer son business.

Et bien ça vaut ce que ça vaut, mais bien qu'intéressé et un instant presque séduit, il n'est pas question - après vous avoir tous lu - d'échanger mon baril de lessive actuel contre Magento Go.

> Puisque Magento Go n'est pas interfacé de manière optimale avec mon éco-système local...
> Puisque de toutes les manières je n'échappe pas à devoir me faire accompagner d'un prestataire pour personnaliser le front (CSS ou html peu importe)...
> Puisque de toutes les manières le développement puis le maintien puis même l'upgrade de mon site représentera peanuts dans mon investissement global...
> Puisque Prestashop rempli mon cahier des charges (et bien plus !) pour pas cher non plus...
> Puisque l'idée d'hoster mon site ne me gêne pas...
= et bien la messe est très très très vite dite...

Je ne vois juste pas l'intérêt de remplacer une solution que je perçois optimale et peu coûteuse par quoi-que-ce-soit d'autre... et encore moins par quelque chose qui conserve une moindre part de mystère. Un peu comme si je concluais en disant : "c'est effectivement intéressant ET sans intérêt". Je pense que Prestashop à la fois satisfait et tranquillise les gens comme moi, jeunes et petits/moyens e-commerçants.

Maintenant, si je reprends mon (vrai) costume, de consultant en stratégie, voici la question que je me pose : la sortie de Magento Go va-t-elle prospérer aux US, où Prestashop se lance ces jours-ci ? Voilà le vrai terrain de jeu et le vrai match.

Merci à Ludovic et à vous tous.

Arnaud    05 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Excellent billet, et discussion très intéressante, que je relaye sur mon blog ! Je retiens le point de la compatibilité avec les paramètres e-commerce français (paiement logistique etc..) comme point-clé. mais pour le reste, je trouve que Magento GO est une solution à examiner attentivement pour un e-commerçant qui choisit sa 1ère plateforme (je ne suis pas sûre que le switch s'opère volontiers pour quelqu'un qui a déjà un autre solution, cf @john). La démarche de Magento qui capture des clients de petite taille avec l'idée que ceux-ci seront satisfaits par le service Magento Go, vont évoluer et passer ensuite aux autres solutions ? Intéressant... En tous cas, cela risque de séduire ceux qui ne peuvent pas encore s'offrir d'autres versions. De toute façon, toute solution demandera une customisation minimale. Mais je sui d'accrod avec @John sur le point du match Magento Prestashop. Ce service va-t-il concurrencer Prestashop aux US ? On n'est pas vraiment sur le même segment, (Solution hébergée contre non hébergée, mais c'est sûr qu'on va parler de Magento, et que ça va pousser les e-commerçants en reche de solution à aller voir du côté de Magento aussi (peut-être pas forcément la solution Saas d'ailleurs).

zanskar    05 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Je suis désolé, je viens de rentrer de voyage et je n'ai malheureusement pas pu lire tous les commentaires précédent, je suis désolé si mes remarques ont déjà été relevées.


1) Je ne pense pas que Magento soit adapté à une solution SaaS.
Je n'arrive pas à voir ses solutions autrement que comme des solution de facilité pour de très petite boutique, surtout (mais ce n'est pas le cas ici) quand le loyer est indexé sur le chiffre d'affaire. Elles sont faites selon moi (mais j'ai bien conscience que ce n'est pas une opinion partagée, je pense notamment au maitre des lieu à et Olivier Levy) pour des gens n'ayant pas les moyens informatique de faire leur propre site ou les moyens financier de passer par une agence ou un freelance.
C'est en quelque sorte une solution de facilité.

2) Au contraire Magento n'a pas volé sa réputation d'usine a gaz ! Je doute qu'elle puisse être prise en main rapidement par les clients habituels des Saas.
Avec le temps elle peut même devenir une solution contre productive.

3) De plus, la cible potentielle de Magento, n'a pas vocation à se tourner vers la solution SaaS.
Pourquoi payer alors qu'il existe une solution gratuite !!?

Raphael - Location de robe    06 mars 2011 Répondre à ce commentaire

@Raphaël :

1/ "solution de facilité pour de très petites boutiques" : tu serais surpris de ce qu'une solution SaaS peut faire. Entre un open source brut de pomme ou un site mal développé sur mesure et certaines solutions SaaS, Tu penses, mais tu n'as visiblement pas les éléments nécessaires à ta réflexion :)

2/ Toute solution qui propose autant de fonctionnalité est forcément complexe, mais le véritable pb de Magento n'est pas la profusion de fonctions, c'est sa philosophie même (à l'américaine, tout en puissance...), ça bouffe des ressources inimaginables, du coup faut du lourd question serveur qui est ensuite facturé sous forme de bande passante (ouch)

3/ "Pourquoi payer alors qu'il existe une solution gratuite" : j'ignorais qu'il existait des choses gratuites en ce bas monde...

François    07 mars 2011 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
je suis en train de creer mon ecommerce sur magentogo avec la demo mais je viens de debuter, j'ai un peu de mal et je n'arriv pas du tout a realiser ce que je vois sur les presentations comme mettre les produits en page d'accueil etc... J'ai pas un bon anglais alors que leur site go.magento est en anglais uniquement j'ai l'impression. Est cce que quelqu'un aurait une idee ou est ce que je pourrais trouver de l'aide, comme un forum specialise sur magentogo ou autres? merci.

AKALAK    20 juillet 2011 Répondre à ce commentaire

@François

Je pense que Raphael faisait référence aux solutions open source tel prestashop ou oscommerce lorsqu'il parlait de gratuit..

Article très intéressant en tout cas. Finalement, on se retrouve avec un Magento qui essaye de cibler les petits e-commerçants avec son Saas et un Prestashop qui fait du pied aux grands comptes.

Kiro | Agence e-commerce    28 juillet 2011 Répondre à ce commentaire

Tout dépend la taille de sa boutique, son envie d'évoluer avec son e-shop. Car si pour démarrer (en français de surcroit) prestashop est un excellent starter. Je l'utilise pour une boutique de déguisement et c'est top! Mais voilà presta a ses limites. Passer à Magento c'est vouloir conduire une rolls et connaître l'anglais, mais la puissance de la plateforme combinée aux de prix sont des éléments à considérer dans son choix.

deguiseo    04 août 2011 Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.