Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question de la propriété des avis clients

16 janvier 2014Commentaire (1)

solution-avis-client.jpgVoici une chronique publiée sur le Journaldunet à propos d’un sujet qui va probablement faire réfléchir les e-commerçants qui misent sur les avis client positifs pour améliorer leur taux de conversion, et qui déploient quantité d’effort pour avoir des évaluation irréprochables. La question de la propriété des avis clients. La réflexion sur ce sujet m’est venue après avoir entendu parlé de plusieurs sites marchands ayant perdu toutes leurs évaluations, en raison d’une rupture de contrat avec leur prestataire tiers de confiance. En quelques minutes, des mois de travail pour assurer un Service Client de qualité et avoir des avis positifs se sont envolés. Heureusement tout s’est finalement arrangé. Mais ces mésaventures révèlent les dessous du business des éditeurs de solutions d’avis client, dans lequel le marchand peut parfois se sentir prisonnier d’un système.

L’article aborde les points suivants :

  • Les avis clients positifs, l’or des e-commerçants ?
  • L’obligation de passer par un tiers de confiance pour des avis authentiques.
  • Quels sont les risques si je veux changer de prestataire ?
  • A qui appartiennent les avis clients collectés via des tiers de confiance ?
  • Peut-on réellement réutiliser les avis clients sans le certificat qui va avec ?

 Lire la suite de l'article sur La propriété des avis clients

09:12 Publié dans Relation client | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |  Imprimer

Commentaires

C'est véritablement le dessous du monde des affaires. Les avis clients positifs ne font-t-ils pas partie du fonds de commerce? Et en plus ils ont passé un contrat, donc la rupture de ce dernier ne peut se faire que par consentement mutuel. Je pense que les e-commerçant sont quand même protégés face à ces situations. Il leur suffit d'avoir un bon avocat.

Julie    20 janvier 2014 Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.